Roland-Garros: une première fois pour Nicolas Mahut

le
0
Roland-Garros: une première fois pour Nicolas Mahut
Roland-Garros: une première fois pour Nicolas Mahut

PARIS (Reuters) - Nicolas Mahut a avoué toute son émotion de jouer un troisième tour à Roland-Garros, lui qui n'avait jusque-là remporté qu'un match sur la terre battue parisienne en neuf précédentes participations.

Mercredi, il a battu le Slovaque Martin Klizan 4-6 6-4 7-6(5) 6-3, ce qui lui donnera le droit de disputer son troisième 16e de finale dans un tournoi du Grand Chelem, après Wimbledon en 2006 et l'Open d'Australie cette année.

Reste qu'il va tomber sur un os, l'homme de tous les records : Roger Federer, troisième mondial et détenteur de 16 titres du Grand Chelem.

"L'avantage (avec Federer), c'est que je n'ai pas besoin de vous le présenter. En revanche, le problème, c'est que ma femme et mon kiné sont fans de Roger, alors je vais devoir leur dire de ne pas se tromper de box en entrant sur le court", a-t-il dit en riant en conférence de presse.

"Je me suis offert un beau cadeau pour mon premier troisième tour à Roland-Garros. C'est un monument du tennis! J'ai une journée pour bien le préparer. Forcément, il y a peu de place pour passer, j'ai très peu de chances de gagner. Mais je vais essayer de les saisir", a-t-il ajouté.

Pour l'emporter, Nicolas Mahut sait qu'il devra livrer une partie exceptionnelle, lui qui est entré dans les annales du tennis en disputant le match le plus long de l'histoire à Wimbledon en 2010 contre John Isner.

Après 11 heures et cinq minutes de jeu sur trois jours, il s'était incliné devant l'Américain devenu depuis l'un de ses meilleurs amis.

Le Français sait que les chances de tenir aussi longtemps face à Federer sont quasi-inexistantes, que battre le Suisse lui est quasiment impossible, mais il a promis de se battre.

"Il faudra que je fasse le plus grand match de ma vie et lui un match assez moyen. Mais je vais essayer de jouer mon jeu à fond. Et si jamais il y a une faille, il faudra que j'en profite", a-t-il conclu sur le sujet.

Chrystel Boulet-Euchin, édité par Jean-Stéphane Brosse

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant