Roland-Garros: Tsonga étouffe Federer et va en demi-finale

le
0
TSONGA ÉTOUFFE FEDERER ET VA EN DEMI-FINALE À ROLAND-GARROS
TSONGA ÉTOUFFE FEDERER ET VA EN DEMI-FINALE À ROLAND-GARROS

par Gregory Blachier

PARIS (Reuters) - Le Français Jo-Wilfried Tsonga a éteint mardi Roger Federer et s'est qualifié brillamment pour les demi-finales de Roland-Garros, une première dans sa carrière.

Tsonga, tête de série n°6, a conclu sur sa première balle de match après avoir dominé quasiment de bout en bout (7-5 6-3 6-3), pour devenir le premier Français à rallier le dernier carré depuis Gaël Monfils en 2008.

Il sera opposé en demi-finale à l'Espagnol David Ferrer (n°4), impérial depuis le début de la quinzaine parisienne, qui a écrasé son compatriote Tommy Robredo dans le même temps. Ils sont les deux seuls joueurs encore à lice à ne pas avoir perdu un set.

Jo-Wilfried Tsonga a repris son oeuvre là où il l'avait laissée l'année dernière, lorsqu'il avait manqué quatre balles de match avant de tomber en quart contre Novak Djokovic.

"Avec mon équipe, on travaille beaucoup et surtout là-dessus, sur le fait de prendre conscience que je suis capable d'aller chercher des matches comme ça", a dit le Français sur le court.

"C'est juste extraordinaire d'être ici, d'avoir gagné et d'être avec vous", a-t-il ajouté à l'adresse d'un Central enfin chaleureux après avoir paru presque étourdi par la maîtrise du Français et bien moins bruyant que lors du combat entre Federer et Gilles Simon en huitième.

C'est que Tsonga a rendu une copie presque parfaite.

Très bien entré dans son match, il s'est fait surprendre au cinquième jeu. En avançant dans le court, Federer a fait le break le premier puis confirmé (4-2).

Mais le Français, qui avait depuis le premier point fait en sorte de ne pas laisser l'ancien numéro mondial dicter le jeu, a repris pied immédiatement. Agressif en retour, il a déstabilisé Federer et débreaké sur l'une des nombreuses fautes directes du Suisse.

"NE LAISSE PAS TOMBER"

Très solide, il a foncé vers le gain de la première manche, arrachée à sa quatrième balle de set, encore sur une grosse erreur de Federer.

Le Suisse ne trouvait pas la solution face à un Tsonga au jeu plus mûr. Car le Français sait toujours envoyer de grands coups droits perforants mais il a aussi fait jeu égal lorsqu'il fallait temporiser, lorsqu'il fallait ruser derrière le filet.

Rapidement, Tsonga a mené 3-0 avec un break blanc au deuxième jeu.

Un spectateur a beau eu encourager le Suisse - "Roger, ne laisse pas tomber !", entendit-on descendre des tribunes -, Tsonga a empoché le deuxième set.

Federer, l'homme aux 17 titres du Grand Chelem, aux 36 quarts de finale consécutifs, avait retrouvé un peu de punch en coup droit, un peu d'allant, mais il a commis l'impensable de sa part en offrant le break à Tsonga dès le premier jeu du set suivant sur une double-faute.

Un retour gagnant lui a permis de l'effacer immédiatement et la poursuite s'est engagée jusqu'à 3-3. Là, Tsonga a multiplié les coups de boutoir, faisant vaciller le Suisse. Il s'est alors procuré deux balles de break comme deux balles de match.

Et a breaké au prix d'une défense énorme puis d'un peu de chance, avec une balle accrochant la bande du filet. Les deux derniers jeux relevaient presque de la formalité.

L'oeuvre était parachevée.

Edité par Olivier Guillemain

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant