Roland-Garros: Tout allait mal pour Azarenka

le
0
Roland-Garros: Tout allait mal pour Azarenka
Roland-Garros: Tout allait mal pour Azarenka

par Jean-Paul Couret

PARIS (Reuters) - "Je vais me suicider", a dit Victoria Azarenka après sa défaite 6-2 7-6 face à la Slovaque Dominika Cibulkova, dimanche, en huitième de finale de Roland-Garros.

Ce n'était que de l'humour noir et la Biélorusse a sèchement ajouté: "Je vais retourner sur les courts d'entraînement et je vais m'entraîner. Évidemment que je vais m'en remettre."

Mais cette phrase disait aussi le désarroi de la joueuse qui perdra son rang de n°1 mondiale si Maria Sharapova va en finale.

La Russe jouera son huitième ce lundi contre la Tchèque Klara Zakopalova 44e joueuse mondiale.

Victoria Azarenka ne sera pas là pour assister à la suite des Internationaux de France.

"Je vais rentrer à la maison pendant un petit moment parce que j'en ai besoin. J'ai besoin de me reposer mentalement, c'est évident, a-t-elle dit. J'ai besoin de me sortir de l'environnement tennis pendant un petit moment. Puis, dès que ma passion sera de retour, je serai à l'entraînement sur herbe."

La Biélorusse visait son deuxième titre dans le Grand Chelem après la victoire à l'Open d'Australie qui l'a portée au sommet.

Elle espérait aussi conquérir Paris avec son équipe à forte coloration française conduite par l'entraîneur Samuel Sumyk, récemment rejoint par Amélie Mauresmo.

Sous le choc de la déception, Victoria Azarenka a fait une première analyse sans concession de son huitième de finale.

"Il n'y a aucune excuse. J'ai juste mal joué", a-t-elle dit en refusant notamment d'invoquer le temps gris, frais et venteux.

"Je n'ai pas été ennuyée par les conditions météo. Évidemment, cela n'aidait pas, mais les conditions étaient les mêmes pour les deux joueuses. Les conditions n'étaient pas un problème", a-t-elle précisé.

"Tout allait mal (...) Pour l'instant, je suis tout à fait mécontente de la manière dont j'ai joué. Maintenant, je vais essayer de comprendre ce que j'ai mal fait pour m'assurer que cela ne se reproduise plus (...) Peut-être que d'ici quelques heures je verrai quelques petites choses positives."

Edité par Grégory Blachier

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant