Roland-Garros: Svetlana Kuznetsova passe en quart, en habituée

le
0
LA RUSSE SVETLANA KUZNETSOVA PASSE EN QUART
LA RUSSE SVETLANA KUZNETSOVA PASSE EN QUART

PARIS (Reuters) - La Russe Svetlana Kuznetsova a prouvé une nouvelle fois dimanche son amour pour la terre battue parisienne en se qualifiant avec brio pour les quarts de finale de Roland-Garros.

Finaliste en 2006 puis sacrée en 2009, la Russe classée aujourd'hui 39e mondiale et qui n'était pas tête de série pour la première fois depuis dix ans, s'est défaite 6-4 4-6 6-3 de la n°8, l'Allemande Angelique Kerber.

Pour une place dans le dernier carré, Kuznetsova rencontrera la numéro un mondiale Serena Williams, qu'elle avait battue au même stade de la compétition il y a quatre ans avant de gagner le titre.

Kuznetsova est une sorte d'épouvantail. Jadis numéro deux à la WTA en 2007, la Russe navigue désormais dans des sphères beaucoup moins prestigieuses.

Et de son propre aveu, seules les grandes compétitions la transcendent, puisse en témoigner son seul résultat significatif cette saison, un quart de finale à l'Open d'Australie.

"Pendant un certain temps, j'ai eu un passage difficile", a d'abord raconté la Russe en conférence de presse, juste avant d'expliquer qu'à Paris, elle se sentait pousser des ailes.

"Je tire le meilleur de moi-même et cela vient naturellement à Roland-Garros, je n'ai pas besoin de me pousser. Pour les tournois mineurs, c'est difficile pour moi. Ici, c'est Roland-Garros, les internationaux de France, il suffit de dire le mot et tout s'explique, je n'ai pas besoin de me motiver."

Kuznetsova n'a en revanche pas voulu comparer son parcours avec celui de 2009.

"C'est encore un peu loin mais je garde de très bons souvenirs ici. Jouer ici est un plaisir. Souvenirs ou pas, j'adore jouer à Paris. Ici, je donne toujours le meilleur de moi-même. C'est toujours très spécial."

Au prochain tour se dressera face à la Russe la numéro un mondiale, qui n'a jusqu'ici concédé aucun set et seulement 10 jeux à ses quatre premières adversaires.

Kuznetsova respecte l'Américaine qu'elle décrit comme "la meilleure joueuse du monde, une compétitrice de haut niveau, très pugnace et hargneuse". Pour autant, la Russe pense pouvoir l'inquiéter, voire l'éliminer, comme en 2009.

"Je dispose du jeu pour la gêner. J'espère que je serai dans un bon jour. Je croise les doigts."

Olivier Guillemain, édité par Grégory Blachier

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant