Roland-Garros: Shaparova et Williams arrivent à Paris sereines

le
0
Roland-Garros: Shaparova et Williams arrivent à Paris sereines
Roland-Garros: Shaparova et Williams arrivent à Paris sereines

par Olivier Guillemain

PARIS (Reuters) - Quatre joueuses sont favorites cette année pour remporter Roland-Garros mais deux d'entre elles, Maria Sharapova et Serena Williams, ont semblé particulièrement détendues vendredi à l'heure de confier leur états d'âme avant le début du tournoi.

En revanche, Victoria Azarenka, dont la place de numéro un mondiale est menacée, et la tenante du titre, Li Na, sont apparues plus nerveuses.

Titrée cette saison sur terre battue à Stuttgart et à Rome, Maria Sharapova arrive à Paris avec l'objectif de dépasser au classement WTA Victoria Azarenka.

A l'aube de ce tournoi 2012, celle qui comparait jadis ses déplacements sur cette surface à ceux d'"une vache sur la glace" est en mesure de retrouver la place qu'elle occupait en 2007.

Pour réaliser ce rêve, la numéro deux mondiale a deux options: soit remporter la finale de Roland-Garros et que Victoria Azarenka n'y figure pas, soit atteindre la finale et espérer que la Biélorusse ne se qualifie pas pour les quarts.

Priée de dire si cela fait partie de ses objectifs, la Russe a répondu sans détour.

"Oui, j'aimerais beaucoup (...) Je l'ai fait une fois. Je ne vois pas pourquoi je ne pourrais pas le refaire une deuxième fois. Je suis contente de n'être pas loin de cette position de numéro un mondiale", a-t-elle déclaré en conférence de presse.

"J'ai eu des moments difficiles (...) Maintenant, je suis contente d'être en position d'y arriver", a poursuivi Maria Sharapova, en faisant référence à une opération à l'épaule qui l'avait fait rétrograder à la 126e place mondiale en mai 2009, après neuf mois d'absence.

SANTÉ

La principale adversaire de la Russe s'appelle Serena Williams, elle aussi revenue à son meilleur niveau alors qu'il y a près d'un an on la disait presque perdue pour le tennis en raison de problèmes de santé.

Ces épreuves ont quelque peu changé l'Américaine, qui arrive à Paris plus sereine que jamais, soucieuse de profiter de chaque instant de sa carrière de sportive de haut niveau.

"Quand on est passé par là où je suis passée, vraiment, on peut apprécier chaque instant passé sur le court", a-t-elle expliqué. "J'adore tous les moments sur un court, c'est ce qui me fait vivre", a poursuivi Serena Williams, qui s'est imposée cette saison sur la terre battue de Charleston et de Madrid.

Entre les lignes, l'Américaine a fait comprendre qu'elle puisait son énergie actuelle dans ses mauvais souvenirs et qu'elle comptait bien s'imposer à Roland-Garros cette année, dix ans après son unique victoire Porte d'Auteuil.

Plus exposée que Serena Williams, la troisième favorite de ce tournoi 2012 n'est autre que Victoria Azarenka.

MODÈLE

Il y a encore un an, la Biélorusse ne s'était peut-être pas imaginée à l'aube d'un tournoi du Grand Chelem avec sur ses épaules le statut de numéro un mondiale.

C'est pourtant dans ces habits de princesse que la Biélorusse tentera de briller cette année aux Internationaux de France, où elle n'a jamais dépassé les quarts de finale.

Vendredi, devant la presse, elle a vite évacué ce nouveau statut, en soulignant qu'elle vivait avec depuis plusieurs mois. "Ce n'est pas ma première semaine dans cette position, mais c'est la première fois en arrivant ici. Je n'y pense pas vraiment", a-t-elle commencé par dire.

"Quand on est numéro un mondial, on sent qu'on a davantage de responsabilités. On sent qu'on a un rôle à jouer, on est un modèle. Mais j'essaie toujours d'être le plus honnête possible, je suis toujours franche avec tout le monde et avec moi-même aussi. Je ne crois pas que je doive changer."

La dernière favorite de cette édition 2012, la Chinoise Li Na, ne doit presque cette position qu'à son statut de tenante du titre.

Sacrée l'année dernière à la surprise générale, Li Na a par la suite "perdu six mois de sa vie", selon ses propres termes, en s'éparpillant et à apprenant à gérer cette notoriété.

Ce qui explique peut-être qu'à l'heure de se présenter devant la presse, juste après avoir effectué le tirage au sort du tableau masculin, elle est apparue le visage fermé et sans prétention.

Edité par Gilles Trequesser

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant