Roland-Garros: Sara Errani, une joueuse "normale"

le
0
Roland-Garros: Sara Errani, une joueuse "normale"
Roland-Garros: Sara Errani, une joueuse "normale"

par Olivier Guillemain

PARIS (Reuters) - Dans une formulation qui n'aurait sûrement pas déplu à François Hollande, Sara Errani a expliqué dimanche après sa finale perdue à Roland-Garros qu'elle souhaitait rester une joueuse "normale".

N'ayant certainement pas conscience du sens dont s'est chargé cet adjectif ces derniers mois en France, la petite joueuse italienne a joué la carte de la simplicité à l'heure d'évoquer sa défaite face à Maria Sharapova, qui la propulsera toutefois lundi dans le Top 10 mondial du tennis féminin.

"J'ai conscience qu'il n'est absolument pas normal que je me sois retrouvée en finale d'un Grand Chelem", a commencé par expliquer en conférence de presse Sara Errani, qui vient de réaliser à Paris le plus beau tournoi de sa carrière.

Arrivée sur la pointe des pieds à Porte d'Auteuil, celle qui n'avait avant le début de la quinzaine jamais été plus haut qu'un quart de finale en Grand Chelem, lors du dernier Open d'Australie, a dérouté bon nombre de pronostiqueurs.

"J'ai joué deux semaines de folie. C'était quelque chose d'incroyable pour moi mais j'ai envie de continuer à faire les choses comme je les faisais avant, continuer à faire des choses normales", a expliqué la numéro 24 à la WTA.

Pourtant, c'est peu dire que la joueuse originaire de Bologne a épaté la galerie durant sa quinzaine parisienne. Tour après tour, elle a successivement éliminé deux anciennes lauréates du tournoi, Ana Ivanovic et Svetlana Kuznetsova, puis Angelique Kerber, dixième mondiale, et enfin Samantha Stosur, sixième.

PETIT VENT DE FRAÎCHEUR

Cerise sur le gâteau, Sara Errani s'est même offert un titre, vendredi à Roland-Garros, en s'imposant en finale du double féminin aux côtés de sa compatriote Roberta Vinci.

Malgré cet excellent parcours et une nouvelle notoriété à gérer, Sara Errani ne veut rien changer à sa "vie d'avant", consciente, peut-être, que ces deux semaines extraordinaires seront peut-être les seules de sa carrière.

"Ce n'est pas parce que j'ai réalisé cela ici que je m'attends pas à faire d'autres finales dans d'autres tournois. Il faut bien que j'ai bien conscience que je vais me remettre à perdre dans les prochaines semaines", a-t-elle souligné, comme pour se protéger d'un éventuel retour brutal à la réalité.

Son adversaire du jour, Maria Sharapova, ne croit pas à cette hypothèse.

Et pour elle, le petit vent de fraîcheur qu'a fait souffler Sara Errani sur le tournoi féminin, notamment de par sa façon de s'exprimer, a été une chose des plus appréciables.

"C'est tellement bien de voir une finaliste avec un aussi bon état d'esprit. C'est génial d'entendre des mots terre à terre, qui sont vrais et qui sortent de la bouche de vrais gens. C'est agréable à voir mais aussi à entendre", a dit la championne russe.

Edité par Chrystel Boulet-Euchin

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant