Roland-Garros: retour gagnant pour Julien Benneteau

le
0
Roland-Garros: retour gagnant pour Julien Benneteau
Roland-Garros: retour gagnant pour Julien Benneteau

par Chrystel Boulet-Euchin

PARIS (Reuters) - Julien Benneteau n'est pas à proprement parler un miraculé mais sa faculté à revenir, cinq semaines après s'être fracturé le coude à Monte-Carlo, tient de l'exceptionnel et lui a permis, mardi, de franchir le premier tour à Roland-Garros aux dépens de Mischa Zverev.

Le Français, tête de série n°29, s'est imposé 6-2 6-7 6-4 6-4 lors de son match de reprise mais a trouvé long le temps qu'il a passé sur le court Suzanne-Lenglen.

"Généralement, quand on reprend, on fait des tournois de petites catégories et on essaie d'accumuler des matches avant de pouvoir jouer dans ce genre de rendez-vous. Je n'ai pas eu ce luxe, ce loisir-là. Forcément, oui, c'est long", a dit le trentenaire, qui a bataillé durant trois heures 26 minutes.

"C'est long au niveau de la concentration, au niveau physique, c'est vrai. Je m'attendais à ce que ce soit dur et ça l'a été."

Naturellement, le 31e joueur mondial était ravi de cette victoire quelque peu inespérée. Son entraîneur Loïc Courteau lui ayant même dit, vendredi dernier, qu'il n'avait qu'"une chance sur cinq" de remporter ce match face au qualifié allemand, même si ce dernier n'est que 212e mondial.

"C'est une victoire qui me fait très, très plaisir, parce qu'aujourd'hui, je l'ai gagnée un peu à l'expérience, au métier, au mental aussi. Je n'ai rien lâché (...) C'est le genre de match où, il y a trois ou quatre ans, j'aurais perdu car je me serais peut-être un peu agacé, énervé", a dit Benneteau.

GESTION

"J'ai eu un très bon début, après j'ai coincé, après je suis revenu et j'ai recoincé physiquement. Forcément, il y a des hauts et des bas dans un tel match à tous les niveaux, concentration, physique aussi, au niveau du jeu, car c'est lié. Mais à la fin, j'ai réussi à maintenir une agressivité, à aller vers l'avant et à remporter le match", a-t-il dit.

"C'est sûr que cinq semaines après ma blessure, c'est quelque chose de bien", a-t-il ajouté.

Il a précisé qu'il n'avait ressenti aucune douleur liée à sa blessure mais qu'il commençait à avoir des crampes en fin de match - il s'est fait masser la cuisse - la faute à une préparation tronquée.

"On a beau faire tous les entraînements physiques que l'on veut, aller courir en forêt, faire du vélo, au bout de cinq semaines, rien ne remplace le spécifique sur le terrain (...) En plus, rien ne remplace les matches. On peut s'entraîner plus longtemps. Sur le moment, cela peut être plus dur mais avec la tension, la dose de concentration que demande un match, l'effort n'a rien à voir", a-t-il résumé.

"Physiquement, forcément, pendant trois heures 20, faire des flexions, gérer le stress, cela a été dur, il y avait des crampes qui venaient. C'est tout cela qu'il fallait que je gère et que j'ai réussi à gérer par moments et à d'autres où c'était un peu plus dur."

Julien Benneteau, qui dispute son 11e Roland-Garros d'affilée, a obtenu son meilleur résultat porte d'Auteuil en 2006, où il avait atteint les quarts de finale, sa meilleure performance dans un tournoi du Grand Chelem.

L'an passé, il avait été battu au deuxième tour par l'Espagnol David Ferrer. Il tentera de faire mieux cette année où il affrontera pour une place en 16e de finale le Russe Dmitry Tursunov, 88e à l'ATP.

Edité par Grégory Blachier

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant