Roland-Garros : Rafael Nadal et David Ferrer perpétuent la tradition espagnole

le
0
Roland-Garros : Rafael Nadal et David Ferrer perpétuent la tradition espagnole
Roland-Garros : Rafael Nadal et David Ferrer perpétuent la tradition espagnole

La première finale hispano-espagnole remonte à 1994, lorsque SergiBruguera affronte Alberto Berasategui et s'impose en quatre sets : 6-3, 7-5, 2-6, 6-1. Finaliste au Masters de Monte-Carlo, à Madrid et à la World Team Cup, le Catalan, n°6 mondial, arrive à Paris en pleine confiance et signe un parcours sans faute. Hormis un set concédé face à Jim Courier en demi-finale. Vingt-troisième à l'ATP, Berasategui est vite étouffé par l'intensité du jeu avant de se rebeller dans le troisième set. Usé physiquement, Bruguera se reprend lors du quatrièmeet déroule afin de conserver son titre. Le succès chez les femmes d'Arantxa Sanchez signe par ailleurs un premier doublé espagnol parisien, qui sonne comme un début de domination de l'Armada sur terre battue...

Car quatre ans plus tard, Sanchez et Moyà remettent ça. La finale hommes, marquée par l'incroyable geste d'Álex Corretja venu embrasser et féliciter le vainqueur après avoir sauté par-dessus le filet, sacre un nouvel Espagnol. Carlos Moyà vient en effet de s'imposer en trois sets (6-3, 7-5, 6-3) et remporte à tout juste 21 ans son premier tournoi du Grand Chelem. Alors tête de série numéro 12 et finaliste à l'Open d'Australie l'année précédente, le Majorquin impose à son adversaire ? et ami ? un tennis offensif et très complet qui ne laisse aucune chance à un Corretja impuissant.

Douze victoires espagnoles en vingt ans

En 2002, Albert Costa déjoue tous les pronostics en remportant son premier titre majeur aux dépens du grand favori Juan Carlos Ferrero. Auteur d'un match parfait, le numéro 20 mondial engloutit les deux premières manches face à un « Moustique » méconnaissable et fait tourner le match en sa faveur au quatrième set (6-1, 6-0, 4-6, 6-3). Costa se mariera la semaine suivante et prendra sa retraite quatre ans plus tard à la suite de nombreuses blessures. Ferrero réalisera quant à lui son rêve un an plus tard, en remportant sur ces mêmes terres parisiennes son unique Grand Chelem face au Hollandais Martin Verkerk. Cette année, « Rafa » est incontestablement le grand favori. Avec déjà six titres en 2013 et sept victoires à Paris, le Majorquin visera là son douzième titre en Grand Chelem et tentera de décrocher le record de victoires consécutives à Paris. Mais attention tout de même à un Ferrer encore frais et bien déterminé à sortir de l'ombre. Dans tous les cas, l'Espagne y remportera sa seizième Coupe des Mousquetaires.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant