Roland-Garros: Novak Djokovic se veut superstitieux

le
0
NOVAK DJOKOVIC VEUT IGNORER LES COUPS DU SORT À ROLLAND-GARROS
NOVAK DJOKOVIC VEUT IGNORER LES COUPS DU SORT À ROLLAND-GARROS

par Olivier Guillemain

PARIS (Reuters) - Novak Djokovic a demandé à son entourage de ne pas lui communiquer le tirage au sort de Roland-Garros et le Serbe ne savait donc pas, vendredi, qu'une hypothétique demi-finale pourrait l'opposer à Rafael Nadal cette année.

Superstition ou coup de bluff ?

Si le numéro un mondial a dit vrai, il était probablement l'une des seules personnes présentes Porte d'Auteuil à ne pas connaître l'information du jour, à savoir que le septuple vainqueur de l'épreuve avait été tiré dans sa partie de tableau.

Certains grands joueurs ont l'habitude de procéder ainsi. Récemment, la patronne du circuit féminin, Serena Williams, a adopté la même attitude au moment du tirage au sort du tableau de Rome.

Au début de sa conférence de presse, Novak Djokovic a laissé le soin au modérateur d'informer les journalistes qu'il ne répondrait à aucune question sur ses futurs adversaires, à l'exception de celui du premier tour.

"Je ne répondrai pas", a-t-il répondu à celui qui a tenté de braver cette injonction.

Le Serbe a seulement souhaité s'exprimer sur l'identité de son adversaire du premier tour, le Belge David Goffin, huitième de finaliste l'an dernier et qu'il n'a jamais affronté.

"C'est un joueur dangereux qui fait partie de ce groupe de jeunes qui est en train de sortir et qui finira par arriver dans les meilleures positions au classement. Il a beaucoup de talent", a-t-il dit.

"C'EST DERRIÈRE MOI MAINTENANT"

Novak Djokovic s'est montré plus prolixe à l'heure d'évoquer sa condition avant le début du seul tournoi du Grand Chelem qui manque à son palmarès.

Sa victoire au tout début de la saison sur terre battue face à Rafael Nadal en finale du Masters 1000 de Monte-Carlo est un gage de confiance, a-t-il dit.

"J'aime là où j'en suis aujourd'hui. J'ai confiance, j'ai gagné des Grands Chelems et Monte-Carlo. C'était pour moi très important pour la confiance avant de venir à Roland Garros", a-t-il dit.

"C'est un très gros tournoi, sans doute le plus important sur terre, avant Roland-Garros. J'ai battu Nadal sur cette surface alors que l'on sait combien il est bon sur terre. Gagner contre lui m'a donné mentalement cette confiance en moi avant de venir ici."

"Vous savez, gagner contre Nadal sur terre battue, ce n'est pas tous les jours. C'est un gros défi à relever. J'ai joué l'un de mes meilleurs matches, voire le meilleur match de ma carrière ce jour-là sur terre battue."

Après ce titre, le Serbe a enchaîné deux contre-performances en se faisant éliminer par le Bulgare Grigor Dimitrov dès son entrée en lice au Masters 1000 de Madrid puis en chutant en quart de finale de celui de Rome une dizaine de jours plus tard.

Mais à l'écouter, la page de ces deux échecs successifs est tournée.

"C'est derrière moi maintenant, j'essaie d'oublier. J'ai travaillé sur ce que je devais améliorer sur ces deux tournois. On a pris du temps avec l'équipe. On a analysé les deux tournois, les situations, les circonstances dans lesquelles on était", a-t-il dit.

"Pour l'instant, on espère que tout le travail que l'on a fait les dernières semaines va rapporter. C'est vrai que je revenais de blessures. J'essayais d'oublier mais maintenant, je suis à l'aise sur le court."

Service des Sports

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant