Roland-Garros: Novak Djokovic jure d'y arriver un jour

le
0
NOVAK DJOKOVIC S'INCLINE EN DEMI-FINALE À ROLAND-GARROS
NOVAK DJOKOVIC S'INCLINE EN DEMI-FINALE À ROLAND-GARROS

par Olivier Guillemain

PARIS (Reuters) - Le rêve de Novak Djokovic de remporter Roland-Garros ne sera pas exaucé cette année, la faute à un Rafael Nadal impitoyable sur ses terres. Mais promis, juré, un jour, le Serbe y arrivera.

Le numéro un mondial court après ce Grand Chelem depuis neuf ans, soit exactement le début du règne du Majorquin sur l'ocre parisienne, qui n'a connu qu'un seul raté, en 2009.

Battu plutôt sèchement l'année dernière dans une finale disputée sur deux jours par Nadal, Djokovic a affiché vendredi un visage plus conquérant, plus serein, et est passé tout près d'éliminer le maître des lieux.

Après le match, il s'est montré fair-play en mettant en avant la partition de haute volée jouée par son adversaire.

"Ça a été un match absolument incroyable. Bien évidement, je suis déçu mais à la fin du match, j'ai tenu à féliciter Rafa car il a su montrer beaucoup de courage à chaque fois dans les bons moments. C'est d'ailleurs pour ça que c'est un champion et qu'il a gagné Roland-Garros tant de fois", a expliqué Djokovic à la presse.

"Ce ne sera pas mon année. J'ai vraiment tout donné mais cela n'a pas été suffisant. Je voulais tellement remporter ce titre."

Puis, dans un élan de relativisme et d'optimisme, le Serbe a juré que malgré cet énième revers Porte d'Auteuil, il finirait bien un jour par s'y imposer.

"Ce n'est pas la fin du monde. Ce n'est pas ma première défaite, ni ma dernière, notamment contre un joueur comme Rafa. Mais je pense que j'ai encore de belles années devant moi. Je reviendrai à Paris, ici, et je continuerai d'essayer de remporter ce tournoi", a promis "Nole".

"Je pense que je suis à l'apogée de ma carrière. Je joue un très bon tennis, je vais donc continuer à travailler d'arrache-pied et à me battre. Rien n'arrive jamais facilement", a-t-il conclu.

"IL A DÉCOCHÉ DES COUPS INCROYABLES"

Puis Djokovic est longuement revenu sur ses deux accrochages avec l'arbitre de chaise, la première concernant un point de pénalité reçu pour avoir touché le filet juste après un smash. Pour lui, la balle de Nadal était déjà en dehors du terrain quand il l'a frappée.

"Je n'ai pas vu le ralenti de ce point donc je ne peux pas vous donner un jugement définitif, ni vous dire si l'arbitre avait raison ou tort", a-t-il expliqué.

"Mon point de vue c'est que d'où j'étais, et après ce qui s'était passé, la balle était déjà en dehors du court. Je connais la règle et si vous touchez le filet avant le deuxième rebond, alors, vous perdez le point. Après, je ne sais pas si on prend cela en considération quand la balle est déjà en dehors des limites du court."

Le deuxième échange musclé entre le numéro un mondial et l'arbitre a également eu lieu dans le cinquième set. Prié de dire pourquoi il s'était énervé, Djokovic a répondu qu'il avait tout simplement demandé un arrosage de la terre battue et qu'on le lui avait refusé.

"Le court n'aurait pas été aussi sec et aussi glissant. Pour moi, le court était trop glissant, c'était très difficile de varier les trajectoires. Je ne comprends pas, c'est tout. Je pense qu'ils ont pris la mauvaise décision", s'est-il justifié.

Malgré ces deux anicroches, Djokovic a reconnu ne pas se cacher-là derrière de fausses excuses.

"C'est lui qui a gagné et je voudrais le féliciter. Il a très bien servi aujourd'hui, il a fait preuve d'agressivité, il a décoché des coups incroyables."

Edité par Grégory Blachier

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant