Roland-Garros: Novak Djokovic et Rafael Nadal pour l'histoire

le
0
Roland-Garros: Novak Djokovic et Rafael Nadal pour l'histoire
Roland-Garros: Novak Djokovic et Rafael Nadal pour l'histoire

par Chrystel Boulet-Euchin

PARIS (Reuters) - Le numéro un mondial Novak Djokovic et son dauphin Rafael Nadal ont tous deux fort à jouer cette année aux Internationaux de France de tennis, qui débutent dimanche Porte d'Auteuil.

Le Serbe vise un premier sacre sur la terre battue de Roland-Garros, seul titre majeur manquant à son palmarès. Un succès lui permettrait de remporter son quatrième grand tournoi consécutif et donc de réaliser un Grand Chelem sur deux saisons.

L'Espagnol peut, lui, prétendre à un septième titre à Paris et détenir ainsi seul le record partagé pour l'heure avec le Suédois Björn Borg qui s'est aussi imposé six fois sur le central parisien.

Après une année 2011 en demi-teinte où Djokovic l'avait régulièrement battu sur terre, Nadal a repris la main cette saison sur sa surface de prédilection en s'imposant au Masters 1000 de Monte-Carlo en avril, puis à celui de Rome lundi dernier, sans avoir jamais tremblé devant son rival.

Visiblement débarrassé de tout pépin physique, le Majorquin aborde le tournoi en pleine confiance et sûr de ses forces, alors que Djokovic, qui était invaincu l'an passé lorsqu'il est arrivé à Paris, semble moins tranchant.

Reste que certains pourraient venir jouer les trouble-fête, comme ce fut le cas l'an passé avec Roger Federer.

Le Suisse, ancien numéro un mondial et vainqueur de l'épreuve en 2009, avait livré un match titanesque l'année dernière à Roland-Garros pour mettre fin à l'invincibilité de Djokovic en demi-finale et retarder son accession à la place de numéro un mondial.

FEDERER ET MURRAY EN EMBUSCADE

Federer, troisième mondial et vainqueur en début de mois du Masters 1000 de Madrid, ne se présentera pas sur les courts de la Porte d'Auteuil en victime expiatoire, même si la terre battue n'est pas le terrain sur lequel il s'exprime le mieux.

De même, le Britannique Andy Murray, demi-finaliste l'an passé, pourrait semer le trouble, même si sa saison sur l'ocre n'a pas été très brillante avec deux défaites en quart de finale à Monte-Carlo et Barcelone face, respectivement, au Tchèque Tomas Berdych et au Canadien Milos Raonic.

Lors de sa dernière sortie, à Rome la semaine dernière, il a été défait dès les huitièmes de finale par le Français Richard Gasquet, revenu dans le top 20 lundi dernier et qui fut huitième de finaliste à Paris l'an passé.

Les Français, justement, tenteront de se mêler à la bataille mais, de l'aveu même de leur numéro un Jo-Wilfried Tsonga, il y a peu de chances de voir l'un d'entre eux succéder à Yannick Noah, dernier vainqueur français à Roland-Garros, en 1983.

Cinquième mondial, Tsonga s'est bien hissé en quart de finale à Rome mais a été dominé par Djokovic sur une surface où il a du mal à produire son meilleur tennis, notamment Porte d'Auteuil où il n'a jamais dépassé le stade des huitièmes de finale.

PEU D'ESPOIR POUR LES FRANÇAIS

Meilleur joueur français sur terre, Gaël Monfils, 13e à l'ATP, se présentera à Roland-Garros avec un déficit de résultats lié à une blessure contractée lors de la préparation du match de Coupe Davis France-Etats-Unis en avril, auquel il avait finalement dû renoncer.

Il n'a remporté que trois matches sur terre cette saison.

Gilles Simon, qui le précède d'une place au classement, présente une feuille de route plus flatteuse avec notamment une demi-finale à Monte-Carlo et une victoire à Bucarest. Il n'en demeure pas moins qu'il n'a jamais passé, lui non plus, le cap des huitièmes de finale Porte d'Auteuil.

Si les tennismen du cru ne semblent pas être en mesure de troubler la hiérarchie, d'autres joueurs pourraient créer la surprise comme l'Espagnol David Ferrer, sixième mondial, ou l'Argentin Juan Martin Del Potro, neuvième.

Longtemps considéré comme un joueur de surface rapide compte tenu de son service, Berdych, septième mondial, est également capable de brouiller les cartes.

Demi-finaliste à Roland-Garros en 2010, le Tchèque a atteint ce même stade à Monte-Carlo, où il a été battu en trois sets par Djokovic et la finale à Madrid perdue sur le fil face à Federer.

L'armada espagnole, toujours revigorée lorsqu'arrive le grand rendez-vous de la saison sur terre battue, peut également s'immiscer dans la bagarre, avec notamment Nicolas Almagro, Feliciano Lopez ou encore Fernando Verdasco, qui a été le seul à vaincre Nadal cette année sur sa surface favorite.

Edité par Olivier Guillemain

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant