Roland-Garros: Nicolas Devilder en terre promise

le
0
Roland-Garros: Nicolas Devilder en terre promise
Roland-Garros: Nicolas Devilder en terre promise

par Gregory Blachier

PARIS (Reuters) - Trois ans de galère ont symboliquement pris fin mercredi à Roland-Garros où Nicolas Devilder s'apprête à découvrir le troisième tour d'un tournoi du Grand Chelem face à rien moins que le numéro un mondial, Novak Djokovic.

Le Français de 32 ans s'est offert un match de prestige en écartant un autre qualifié, l'Allemand Michael Berrer, dont il a rompu les puissantes lames de fond avec la régularité d'un métronome (7-6 6-4 6-2).

"Je ne réalise pas trop", a commenté Devilder.

"Je suis content parce que je n'avais jamais passé deux tours dans un Grand Chelem. Djokovic, que demander de mieux ? C'est sympa !"

Aujourd'hui 281e mondial, il revient de loin, très loin. En septembre 2010, il pointait au 699e rang.

Une semaine avant l'édition 2009 du rendez-vous parisien, il s'était tordu la cheville alors qu'il était 60e, un classement qui lui ouvrait directement les portes des plus beaux tournois.

A trop forcer pour profiter de cette période faste, il a aggravé sa blessure et plongé irrémédiablement.

"Encore jeune dans (sa) tête" et ne voulant "pas avoir de regrets", il a gardé le cap et écumé l'obscur circuit Futures.

Jusqu'à retrouver le pied terrien et briller enfin en Grand Chelem, à Roland-Garros, devant un public acquis à sa cause.

"Tout le monde te pousse, ça fait plaisir. C'est une aventure qui continue et la cerise sur le gâteau", a-t-il dit.

Ce beau parcours s'arrêtera sans doute au prochain tour. Devilder le sait, qui évoque le souvenir de son deuxième tour sèchement perdu 6-4 6-0 6-1 face à Rafael Nadal en 2008.

"Un mec dans les quatre, c'est difficile... Des différences, il y en a quand même. J'avais volé dans tous les sens, j'ai le souvenir d'avoir bien cavalé", a-t-il raconté.

Quoi qu'il arrive au troisième tour, Devilder a déjà redressé la barre et enfin atteint une terre promise.

Edité par Jean-Paul Couret

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant