Roland-Garros: "le plus dur reste à venir" pour Tsonga

le
0
Roland-Garros: "le plus dur reste à venir" pour Tsonga
Roland-Garros: "le plus dur reste à venir" pour Tsonga

par Eric Salliot

PARIS (Reuters) - Jo-Wilfried Tsonga s'est qualifié lundi pour les quarts de finale de Roland-Garros, une première pour lui Porte d'Auteuil, mais le numéro un français sait que "le plus dur reste à venir".

Avant le début de la deuxième levée du Grand Chelem, le cinquième joueur mondial avait dit qu'aucun Français n'était actuellement en mesure de gagner à Paris. Et il n'a pas changé d'avis après sa victoire en cinq sets (6-4 7-6 3-6 3-6 6-4) et deux jours sur le Suisse Stanislas Wawrinka.

"Je pense toujours la même chose. Je ne suis encore qu'à 30% du parcours et le plus dur reste à venir. Avant le tournoi, ce que je disais, c'est qu'à l'heure actuelle, personne n'est en mesure de remporter ce tournoi pour le moment car on n'a jamais remporté un tournoi sur terre battue", a-t-il rappelé.

"Peut-être qu'un jour, cela se produira."

Le Manceau est d'autant plus conscient de ce qui l'attend que se dresse devant lui un obstacle de taille en la personne du numéro un mondial Novak Djokovic.

En attendant cette rencontre au sommet, il peut d'ores et déjà se satisfaire de savoir qu'il sera le premier joueur français de l'ère Open à avoir disputé les quarts de finale dans les quatre tournois du Grand Chelem.

Avant lui, seul Jean Borotra l'avait fait. C'était à la fin des années 1920.

"Je ne savais pas. C'est extraordinaire, je n'ai pas le palmarès des plus forts mais j'ai mes petits objectifs. C'est déjà une belle satisfaction. Faire un quart ici, c'est super mais je compte tenter ma chance pour aller plus loin", a-t-il dit en conférence de presse.

Il s'agira de la 11e confrontation entre Jo-Wilfried Tsonga et Novak Djokovic et si les deux joueurs sont à égalité, le Serbe a toutefois remporté leur dernier duel en quart de finale au Masters 1000 de Rome le mois dernier.

DJOKOVIC "SAIT TOUT FAIRE"

"Quand je le battais souvent, il était jeune. J'ai deux ans de plus que lui. Depuis, il a pris beaucoup en maturité. Il joue beaucoup mieux tout simplement", a souligné Tsonga.

"Il a fait progresser tous ses coups. Il joue notamment beaucoup mieux en coup droit qu'avant. Avant, il distribuait beaucoup moins avec son coup droit. Il avait, je pense, une lacune qu'il n'a plus du tout.

"Il servait un peu moins bien. Il avait moins d'expérience. Voilà, c'est sûr que c'est un joueur complet, il sait tout faire. C'est un joueur qui a du touché, il est capable de frapper en coup droit comme en revers et il retourne extrêmement bien."

Pour autant, Jo-Wilfried Tsonga peut espérer un peu de fébrilité chez un adversaire qui vise le seul tournoi majeur manquant à son palmarès et qui pourrait réaliser le Grand Chelem sur deux saisons en cas de succès dimanche prochain.

Car Djokovic a dû batailler cinq sets en huitième de finale où il a été mené deux sets à rien par l'Italien Andreas Seppi, une situation inhabituelle pour lui et qui pourrait lui mettre une certaine pression.

"Ce sera plus dur pour lui parce que lui a besoin de gagner. Moi, j'ai réalisé mon meilleur résultat jusqu'à présent ici. Tout ce qui est à venir, c'est du plus. Bien entendu, je serai libéré sur le court parce que je n'aurai strictement rien à perdre contre ce joueur qui est numéro un mondial", a prévenu Tsonga.

"La pression sera sur ses épaules", a conclu le Français.

Edité par Chrystel Boulet-Euchin

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant