Roland-Garros : l'heure des braves

le , mis à jour à 09:14
0
Roland-Garros : l'heure des braves
Roland-Garros : l'heure des braves

D'après la météo, le ciel devrait pleurer un peu sur Roland-Garros aujourd'hui. Du côté français, on attend surtout des larmes de bonheur. Gaël Monfils (face à Federer, tête de série n° 2), Gilles Simon (contre Wawrinka, n° 8) et Jo-Wilfried Tsonga (devant Berdych, n° 4) entrent sur la piste aux étoiles avec les yeux qui pétillent.

Après avoir pour une fois tous rempli le « minimum syndical » de leur classement ATP, à savoir une qualification pour les 8 es de finale où les ont rejoints hier Gasquet et Chardy, les trois meilleurs Tricolores ont désormais l'occasion de marquer l'édition 2015 de leur empreinte ocre.

« Pour l'instant, ils ont simplement tenu leur rang. Ce serait fantastique et c'est possible que les trois passent, sourit Arnaud Di Pasquale, le directeur technique national. Un bon Jo peut battre Berdych sur terre, un bon Gilles peut battre Stan sur terre, et je crois franchement qu'un très bon Gaël, j'ai bien dit très bon, peut battre Federer. La montagne est haute, mais pas infranchissable. Ils ont tous beaucoup de confiance et l'envie d'en découdre. »

Enfin la bonne pour Monfils face à Federer ?

A commencer par Monfils, l'extra- terrien du tennis bleu-blanc-rouge. Le Parisien part presque favori face à Roger Federer, qui lui a pourtant toujours barré la route à Paris (une fois en demi-finales, deux fois en quarts). « Cette fois, c'est la bonne », jure son père Rufin. D'autant que le n° 14 mondial vient de faire mordre deux fois la poussière au Bâlois (finale de la Coupe Davis et tournoi de Monte-Carlo) et que le format en cinq sets lui semble plus favorable.

« Je ne me fais pas de souci pour sa récupération (NDLR : après son 3e tour en cinq manches contre Cuevas) et son énergie. Il sera au rendez-vous », confiait hier son entraîneur Jan De Witt. « Gaël a toutes les clés pour embêter Federer, observe Lionel Roux, l'entraîneur de l'équipe de ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant