Roland-Garros : L'agrandissement bientôt réalité

le
0
Roland-Garros : L'agrandissement bientôt réalité
Roland-Garros : L'agrandissement bientôt réalité

Largement contesté, le projet d'agrandissement du Stade Roland-Garros avec l'utilisation des terrains des serres d'Auteuil pourrait connaître un pas décisif avec la décision de la Cour d'Appel de Paris qui annule la délibération du Maire de Paris mais, selon un communiqué de la Fédération Française de Tennis, le projet va pouvoir avancer : « La Fédération Française de Tennis prend note avec la plus grande satisfaction de l'arrêt de la Cour Administrative d'Appel rendu ce jour. Elle se réjouit tout particulièrement de cette décision, qui la conforte dans sa conviction que son projet est parfaitement réalisable, et doté d'une grande solidité juridique. »De cette décision de justice, la FFT préfère ne retirer que ce qui est positif à ses yeux : « La FFT est en droit de construire le court qu'elle a prévu de réaliser dans le jardin des serres d'Auteuil, sous réserve bien sûr que le projet emporte l'adhésion des différentes autorités administratives concernées. » De plus, alors que la signature de la convention liant la FFT et la Mairie de Paris a été annulée, la FFT se déclare satisfaite car cette annulation avait été prévue par les deux parties : « La Fédération Française de Tennis se félicite, à la lecture des attendus de la Cour, d'avoir conclu avec la Ville de Paris, le 23 avril dernier, une nouvelle convention qui a pris en compte les motifs du Tribunal administratif, confirmés par la Cour d'Appel aujourd'hui. »De son côté, la Mairie de Paris a aussi réagi positivement à cette décision par un communiqué de presse : « L'arrêt rejette l'appel de la Ville en estimant que la redevance est insuffisante, non pas au regard des taux retenus, mais au vu de l'ensemble des avantages conférés à la FFT, et notamment la durée de 99 ans et l'indemnité exceptionnelle de 20 millions d'euros consentie à la FFT en cas de blocage irrémédiable du projet. Cependant, la Ville de Paris, dans la nouvelle convention d'occupation du domaine public conclue avec la FFT après la résiliation de la première convention ? objet de l'appel ? a, de manière anticipée, déjà intégré ces points. En particulier, l'indemnité de 20 millions a été supprimée et la durée de la convention ramenée à 50 ans. »

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant