Roland-Garros: Gaël Monfils confirme son retour en forme

le
0
GAËL MONFILS ÉLIMINE ERNESTS GULBIS AU 2E TOUR À ROLAND-GARROS
GAËL MONFILS ÉLIMINE ERNESTS GULBIS AU 2E TOUR À ROLAND-GARROS

par Olivier Guillemain

PARIS (Reuters) - Deux jours après sa performance de choix face à Tomas Berdych, Gaël Monfils a confirmé mercredi son retour en forme en se qualifiant pour le troisième tour de Roland-Garros aux dépens du Letton Ernests Gulbis.

Lundi, le Parisien avait eu besoin de cinq sets pour écarter le numéro six mondial. Cette fois, sa victime a cédé en quatre manches, 6-7 6-4 7-6 6-2.

Au prochain tour, Monfils rencontrera l'Espagnol Tommy Robredo, tête de série n°32.

"Encore une fois j'ai tenu, je me suis accroché, j'étais mal embarqué mais encore une fois vous m'avez poussé, merci", a dit sur le court le Français, qui a bénéficié comme contre Berdych d'un soutien sans faille du public du Central.

Invité par les organisateurs, faute d'un classement suffisant pour entrer dans le tableau principal, Monfils a poursuivi en expliquant que Roland-Garros, "son" tournoi, le transcendait et lui faisait même oublier la souffrance physique.

"Je n'y pense même pas, devant vous (...) Ici c'est magique. J'espère vraiment être fin prêt pour le prochain match. Contre Robredo, ça va être encore un gros match car c'est un spécialiste de la terre battue", a-t-il dit.

Deux jours après avoir fait mordre la poussière à Berdych, Monfils a écoeuré l'un des hommes en forme du circuit.

Face à un 40e joueur mondial fantasque mais qui vaut bien mieux que son classement quand il ne donne pas trop de points, le Français a su faire durer les échanges et se montrer patient, puissent en témoigner les 69 fautes directes de son adversaire.

Après un premier set très accroché et finalement perdu 7-6 par le Français, le Letton a commencé à montrer quelques signes de faiblesse, de nervosité et à tomber dans le piège de la stratégie d'usure mise en place par Monfils.

Moins chevronné que l'ancien Top 10, Gulbis a lâché la deuxième manche en perdant sa mise en jeu jusqu'ici très solide, à deux reprises, notamment à 5-4 contre lui.

"IL Y AVAIT 22 PERSONNES QUI M'APPLAUDISSAIENT"

Le troisième set fut plus erratique. Le Français, qui revient d'une période sombre en raison de douleurs récurrentes au genou, a en effet joué à se faire peur.

Il a d'abord mené 5-2 avant de gâcher cinq balles de sets à 5-3 et de perdre les deux jeux suivants. Poussé au tie-break, dos au mur, Monfils a repris l'ascendant en remportant le jeu décisif 7-4, d'une volée sublime.

Ecoeuré par la capacité de Monfils à toujours remettre la balle dans le court et à prendre du bon temps, aussi, en filmant le public du Central avec son smartphone, Gulbis s'est effondré dans la dernière manche.

Le Letton, qui avait impressionné au Masters 1000 de Rome en infligeant un cinglant 6-1 à Rafael Nadal, a cédé les deux premiers jeux sans marquer le moindre point. Monfils ne s'est par la suite plus retourné et a conclu la partie sereinement.

Invité à commenter sa performance en conférence de presse, Gulbis a reconnu avoir cédé à la fois sur le plan psychologique et physique.

"Il va falloir que je travaille ma condition physique car dans le quatrième set, j'avais vraiment mal aux jambes. Gaël aussi avait l'air fatigué. En fait, c'était plus mental que physique", a expliqué le Letton.

Le joueur de 24 ans a ensuite pris les choses avec humour, en expliquant que le soutien du public avait été à sens unique au cours de la partie.

"Quand je jouais un super point, il y avait 22 personnes qui m'applaudissaient", a-t-il souligné dans un grand éclat de rires. "Et encore, sur ces 22 personnes, si la moitié d'entre elles font partie de votre équipe et que vous leur avez donné des invitations, ça ne pèse pas lourd".

"Mais bon, le public français est comme il est. C'est bien. C'est bien pour les Français et tant pis pour nous", a-t-il conclu un brin malicieux.

Edité par Grégory Blachier

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant