Roland-Garros (F) : Muguruza mérite sa victoire selon Mouratoglou

le
0

Entraîneur de Serena Williams, Patrick Mouratoglou est revenu sur la défaite de sa joueuses face à Garbiñe Muguruza. Une défaite qu’il met sur le compte de la qualité du match de l’Espagnole, qui a réussi à mettre en difficulté la numéro 1 mondiale.

Serena Williams n’arrive pas à ajouter un 22eme tournoi du Grand Chelem à son palmarès. En finale de Roland-Garros, l’Américaine a craqué face à Garbiñe Muguruza dans un match qui, selon l’entraîneur de la numéro 1 mondiale Patrick Mouratoglou, a été maîtrisé par l’Espagnole. « Elle a montré qu’elle méritait d’être une championne de Grand Chelem. Elle a remporté son premier tournoi du Grand Chelem et quand on est capable de conclure à 5-4 alors qu’on a eu des occasions et des balles de match à 5-3 sans parvenir à conclure, qu’on sert pour le match, qu’on passe toutes ses premières et qu’on fait le jeu qu’elle a fait, il n’y a rien à redire, a déclaré Patrick Mouratoglou au micro d’Eurosport peu après la finale. Il y a plein de choses à dire, et on va les dire mais, en l’occurrence, ce qu’il faut dire, c’est qu’elle le mérite amplement ce titre qu’elle est allé chercher du premier au dernier point. Elle a été extrêmement bonne dans les moments-clés, ce qui est une des clés pour gagner un tournoi du Grand Chelem. »

Mouratoglou : « Le 22eme Grand Chelem, c’est une question de temps »

Après l’US Open 2015 et l’Open d’Australie 2016, Serena Williams a manqué une nouvelle opportunité d’égaler le record de victoires en Grand Chelem de Steffi Graf. Si cela n’inquiète pas Patrick Mouratoglou, le fait que l’Américaine soit un peu sur courant alternatif durant le tournoi est un souci, une pression qu’il va lui falloir gérer. « C’est un phénomène qui n’a pas eu lieu qu’en finale. Ça a été le cas en demi-finale, ça a été le cas en quarts de finale. Je pense que c’est la gestion de l’événement qui n’a pas été assez bonne. Quand on joue un match pour marquer l’histoire de ce sport, ce n’est pas simple. C’est très difficile de se mettre à sa place parce que ça n’arrive jamais, c’est quelque chose d’unique, résume Patrick Mouratoglou. Donc la pression est également unique, nouvelle. Il va falloir qu’elle apprenne à vivre avec mais je ne doute pas du tout qu’elle va y arriver. C’est une question de temps, on aura d’autres occasions, on en a déjà eu trois. Ce qui est positif, c’est qu’elle est quasiment tout le temps à chaque fois en finale. Les occasions, on les enchaîne mais ça finira par passer. »

Mouratoglou : « Garbiñe a dirigé la majorité des échanges »

S’il balaye d’un revers de main l’idée selon laquelle Serena Williams n’était pas à son meilleur niveau physique, assurant qu’« elle était à 100% aujourd’hui (samedi) », Patrick Mouratoglou a livré une analyse claire de cette finale. Pour l’entraîneur de la numéro 1 mondiale, c’est Garbiñe Muguruza qui est allé chercher la victoire, qui en avait plus envie. « Serena n’a pas fait le match qu’elle aurait dû faire et son adversaire a fait le match qu’elle devait faire. A mon sens, le match s’est joué sur les entrées dans le point, où Garbiñe a beaucoup plus pris sa chance. Elle a été beaucoup plus agressive au retour que Serena et je pense que ça s’est beaucoup joué là-dessus, assure Patrick Mouratoglou. Garbiñe a dirigé la majorité des échanges car elle a su faire mal d’entrée de jeu sur la première frappe. On savait que ça allait se jouer là-dessus. Normalement, c’est là que Serena est forte, sur le service et au retour. Son retour de service sur cette finale et durant tout le tournoi n’a pas été à la hauteur et elle l’a payé de cette manière-là. » Wimbledon sera une occasion de plus d’accrocher ce fameux 22eme Grand Chelem pour Serena Williams.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant