Roland-Garros: David Ferrer, beau perdant pétri d'humilité

le
0
DAVID FERRER, BEAU PERDANT
DAVID FERRER, BEAU PERDANT

par Olivier Guillemain

PARIS (Reuters) - David Ferrer a affiché une décontraction teintée d'humilité, dimanche, après sa défaite en finale de Roland-Garros, comme si, au fond, perdre contre Rafael Nadal était normal.

Après avoir éteint le rêve français en écartant en demi-finale Jo-Wilfried Tsonga, Ferrer n'a pas pesé lourd face à son compatriote. En trois sets, il a enregistré sa 20e défaite en 24 confrontations, sa neuvième de rang, pour sa première finale en Grand Chelem.

"Il a mieux joué que moi. Il a mieux servi. Il a fait moins d'erreurs. C'est tout simplement le meilleur joueur du monde sur cette surface", a analysé simplement le finaliste.

"Le premier set était serré. J'ai eu ma chance dans le premier mais après, dans les moments importants où il y a beaucoup de pression, c'est très difficile de le battre."

Réputé pour être un joueur de défense, capable de courir des rallyes et de jouer les essuie-glaces sur le court, Ferrer a cette fois tenté d'aller faire les points et de bousculer le Majorquin.

Mais si la volonté était là, les conditions de jeu n'étaient selon lui pas très propices à ce genre de tennis.

"C'est toujours très dur de jouer contre 'Rafa' mais aujourd'hui, avec la pluie qui rendait le court plus lent et la balle plus lourde, c'était vraiment difficile de tenter des coups gagnants", a-t-il souligné.

"Pour le battre, je dois être plus agressif, finir plus de points au filet et jouer mon meilleur tennis. Mais quand le court est plus lent, j'ai moins de puissance et c'est encore plus difficile."

Depuis plusieurs années, David Ferrer affiche une régularités des plus remarquables. Mais ses performances passent souvent inaperçues dans son pays car éclipsées par celles du numéro un espagnol, son adversaire du jour.

"JE M'EN FICHE UN PEU"

D'un naturel très modeste, il dit ne pas en souffrir.

"'Rafa' est le joueur qui a la meilleure mentalité qui soit. Je n'ai jamais vu quelqu'un comme ça au cours de ma carrière. Il a tout, non ? Un jeu agressif, un physique incroyable... Le fait d'être moins connu en Espagne ou ailleurs, je m'en fiche un peu. Je suis heureux de ma carrière", reconnaît-il volontiers.

Quelques minutes plus tard, Ferrer a une nouvelle fois fait preuve d'humilité, en ne s'offusquant pas devant une raillerie.

Samedi, Maria Sharapova avait expliqué juste après sa défaite en finale que son adversaire, Serena Williams, servait plus fort que Ferrer. Prié de répondre à cette pique, l'Espagnol a d'abord explosé de rire puis riposté tel un gentleman.

"Je ne pense pas qu'elle serve mieux que moi. Mais bon, Serena, c'est la meilleure joueuse du monde pour l'instant. Son niveau de tennis est excellent et je l'encourage. Contre elle, le match serait difficile mais elle aurait du mal à me battre quand même", a-t-il dit en toute délicatesse.

Dès lundi, malgré sa défaite, Ferrer dépassera Nadal au classement ATP pour lui chiper la quatrième place. Là où certains pourrait s'enorgueillir, Ferrer préfère l'humour et répète, encore une fois, que son principal objectif est d'être constant.

"J'ai perdu mais je vais être numéro quatre. Honnêtement, j'aimerais bien que cela soit l'inverse: gagner Roland-Garros et rester cinquième mondial", a-t-il dit avec un large sourire.

"Je vais me préparer pour la saison sur gazon. L'année dernière, j'ai fait un quart de finale à Wimbledon et cette année, je vais essayer de faire un bon tournoi. Les semaines qui arrivent vont être importantes. J'espère continuer à bien jouer et de manière régulière."

Edité par Grégory Blachier

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant