Rohani, l'ex-cerbère du nucléaire iranien

le
0
PORTRAIT - Il y a dix ans, l'actuel président iranien était déjà chargé de négocier avec les Occidentaux sur la question nucléaire. À l'époque, il avait accordé un gel du programme iranien, qui avait repris deux ans plus tard.

New York

C'était il y a presque dix ans. Ce 21 octobre 2003, une troïka de ministres européens des Affaires étrangères - le Français Dominique de Villepin, et ses homologues anglais Jack Straw et allemand Joschka Fischer - débarque à Téhéran pour tenter l'impossible: arracher un gel des activités nucléaires iraniennes, et diffuser la menace d'une frappe aérienne américaine contre les infrastructures iraniennes. Tout auréolé de sa gloire récente pour avoir tenu tête aux États-Unis sur les prétendues armes de destruction massive irakiennes, le flamboyant locataire du Quai d'Orsay compte faire entendre raison aux pasdarans (gardiens de la révolution) iraniens. La volonté de dissimulation est évidente, le risque de guerre cr...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant