Rodéric Filippi : "Je les ai tous regardés de travers"

le
0
Rodéric Filippi : "Je les ai tous regardés de travers"
Rodéric Filippi : "Je les ai tous regardés de travers"

Suspendu lors de la première journée, Rodéric Filippi a donc découvert la Ligue 1, dimanche soir, sur la pelouse du Parc des Princes. Une première un peu spéciale face à l'armada parisienne. Mais pas de quoi impressionner le capitaine du Gazélec.

Alors ce premier match en Ligue 1, ça t'a impressionné ? Franchement, toute la semaine, les journalistes m'ont demandé si j'avais la pression, si j'allais avoir le trac et tout ça. Et à chaque fois je répondais : "non, je pense pas, mais bon, on verra bien le moment venu, peut-être que ce ne sera pas la même." Et bah honnêtement, pas du tout. Ça a été un match comme tous les autres, je n'ai rien ressenti de particulier.
Pas même au moment de rentrer sur la pelouse pour l'échauffement ? Non, même pas. Alors que, pour le coup, je pensais vraiment que j'allais être surpris par l'ambiance du Parc des Princes. J'étais certain que ça allait être compliqué pour parler avec mes coéquipiers, pour qu'on se comprenne bien et tout, et en fait non, c'était plutôt tranquille pour ça. Ce qui m'a le plus impressionné, en revanche, c'est de voir tous les supporters aux abords du stade quand on est arrivé, ça, ça m'a beaucoup surpris.
À aucun moment tu t'es dit : "putain, ça y est, je suis en Ligue 1" ? Si, quand j'ai vu la pelouse pour la première fois (rires). Un vrai billard. Là, ok, j'ai réalisé qu'on avait changé de catégorie, rien à voir avec certains champs de patates que j'ai pu connaître dans ma carrière. Mais à part ça, rien de particulier, non.
"J'ai foiré deux relances du gauche, mais en observant en face, j'ai vu que David Luiz en avait foirées quatre de son côté."Rodéric Filippi
Et le fait de côtoyer toutes ces stars ? Bah non, pas plus que ça. J'ai toujours dit que ça restait des mecs comme nous, ce ne sont pas des Dieux, hein. En plus, quand tu vois un mec à la télé, tu t'imagines toujours qu'il est grand, costaud, tu l'idéalises un peu, quoi. Mais je peux te dire que quand t'es en face de Thiago Silva qui fait 1m70, tu n'es pas du tout impressionné. Au moment de leur serrer la main, j'ai fait comme je fais tout le temps, quel que soit l'adversaire : je les ai tous regardé de travers (rires). Histoire de montrer qu'on n'est pas là pour rigoler.
Sur le terrain, comment ils se sont comportés avec…





Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant