Rod Fanni revisite ses clasicos

le
0
Rod Fanni revisite ses clasicos
Rod Fanni revisite ses clasicos

de notre correspondant « On n'avait pas Canal + à la maison, donc on allait voir les matchs dans les bars à Martigues ou à Marseille, c'était la folie », se remémore-t-il en souriant. La rivalité OM - PSG, il l'a découverte tout gamin, dans ses Bouches-du-Rhône natales quand les Phocéens se jouaient très souvent de leurs rivaux parisiens. En cinq saisons sous le maillot olympien, Rod Fanni a depuis eu le temps de l'expérimenter comme joueur. Avant un nouveau clasico, demain soir, où dans ses rêves les plus fous il s'imagine « délivrer une passe décisive et marquer un but du plat du pied à la Henry », l'infatigable défenseur ouvre la boîte à souvenirs. Son premier OM - PSG « On gagne 2-1 (NDLR : 20 mars 2011), je m'en souviens car on n'en a pas remporté beaucoup depuis (NDLR : un seul, en novembre 2011)... Le téléphone n'avait pas arrêté de sonner, j'ai même des amis de Paris qui essayaient de me mettre un peu la pression, mais ça s'était bien passé pour moi. C'est mon premier, et c'est aussi mon meilleur souvenir. Parce qu'il y a la victoire, mais aussi parce qu'il y avait une émotion spéciale. C'était magnifique. » Le pire « Mon carton rouge au Parc, en Coupe de la Ligue (31 octobre 2012). Ce n'était pas une bonne période pour le club, je voulais donner le meilleur. En sortant, je savais que ça compromettait les chances d'espérer quoi que ce soit. Même si ce n'est pas justifié, même si c'est sévère, on se sent coupable. » Celui qu'il aurait voulu disputer « J'aurais aimé jouer à l'époque de Weah, de Rai, pour me frotter à eux. Il y avait de très belles équipes des deux côtés. La période Di Meco, Boli me plaisait aussi : niveau arbitrage, on était plus proches du jeu anglais, on pouvait se permettre d'y aller. C'étaient de vrais matchs d'hommes, ça manque beaucoup. » Le Parisien le plus énervant ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant