Rocchi : "Dommage que je n'ai jamais joué contre Olivier Rambo"

le
0
Rocchi : "Dommage que je n'ai jamais joué contre Olivier Rambo"
Rocchi : "Dommage que je n'ai jamais joué contre Olivier Rambo"

Ce vendredi soir, c'est Metz-PSG, premier match de la 14e journée de Ligue 1. Une affiche qui promet. Pour l'occasion, on est allés à la rencontre de Romain Rocchi, un milieu de terrain qui a du punch, et la chance d'avoir jouer pour les deux clubs.Tu es revenu l'an passé à Metz après deux échecs dans la montée (2009 et 2010), pourquoi ? Dans un premier temps, je suis revenu pour encadrer les jeunes, l'objectif n'était pas la montée, mais un maintien "facile " de milieu de tableau. De plus, je connaissais très bien la ville, avec des amis ici, les dirigeants, le club J'avais d'autres opportunités, mais étant papa d'une petite fille, j'ai privilégié un environnement stable.
Tes débuts aux yeux du grand public, après la formation à Cannes, se passent au PSG époque Ronaldinho. En deux mots, il est comment ce Paris que tu découvres ? Le premier truc, c'est qu'il y avait UNE grande star, Ronaldinho. Alors que maintenant, ils sont cinq ou six. Le PSG de l'époque, c'est Ronaldinho, fantastique, et Luis Fernandez. Et avant tout ces deux-là. Ensuite, il y a eu Pauleta.
Et José-Karl Pierre-Fanfan, le mec au nom le plus cool du monde. Sinon, vous avez bu un coup pour la retraite de Francis Llacer ? Nooooonnnn Ça s'était fini de façon bizarre, en procès avec le club, ça avait été compliqué comme séparation. C'était aussi un PSG qui brassait beaucoup de joueurs de partout. Il y avait 15 arrivées et 15 départs à chaque saison, et moi, 2 ans après, je ne connaissais plus personne là-bas. Ce qui a changé maintenant, c'est cette évolution vers une ossature fixe, vers la stabilité.
Sur ta deuxième saison, tu fais quand même une vingtaine de matchs, malgré un gros effectif. Mais tu choisis pourtant un départ vers Bastia. Pour quelles raisons ? J'ai senti que ça bloquait. La première année quand j'arrive, j'apprends beaucoup, surtout aux entraînements, et je fais quelques entrées importantes, comme contre l'OM. La seconde année, je suis remplaçant à part entière, mais je ne sens pas une volonté du club d'aller encore un palier plus loin avec moi. Et moi, être remplaçant Je voulais me sentir important, et j'ai senti qu'au PSG, ce ne serait pas le cas. Bon, Mbami se casse la jambe juste après, mais ça, ça fait partie d'une carrière.
Et c'est donc Bastia. Oui. Au début, ça a été un peu compliqué, le club ne voulait pas me prêter, et puis le mercato avance et l'opportunité de Bastia...



Tu es revenu l'an passé à Metz après deux échecs dans la montée (2009 et 2010), pourquoi ? Dans un premier temps, je suis revenu pour encadrer les jeunes, l'objectif n'était pas la montée, mais un maintien "facile " de milieu de tableau. De plus, je connaissais très bien la ville, avec des amis ici, les dirigeants, le club J'avais d'autres opportunités, mais étant papa d'une petite fille, j'ai privilégié un environnement stable.
Tes débuts aux yeux du grand public, après la formation à Cannes, se passent au PSG époque Ronaldinho. En deux mots, il est comment ce Paris que tu découvres ? Le premier truc, c'est qu'il y avait UNE grande star, Ronaldinho. Alors que maintenant, ils sont cinq ou six. Le PSG de l'époque, c'est Ronaldinho, fantastique, et Luis Fernandez. Et avant tout ces deux-là. Ensuite, il y a eu Pauleta.
Et José-Karl Pierre-Fanfan, le mec au nom le plus cool du monde. Sinon, vous avez bu un coup pour la retraite de Francis Llacer ? Nooooonnnn Ça s'était fini de façon bizarre, en procès avec le club, ça avait été compliqué comme séparation. C'était aussi un PSG qui brassait beaucoup de joueurs de partout. Il y avait 15 arrivées et 15 départs à chaque saison, et moi, 2 ans après, je ne connaissais plus personne là-bas. Ce qui a changé maintenant, c'est cette évolution vers une ossature fixe, vers la stabilité.
Sur ta deuxième saison, tu fais quand même une vingtaine de matchs, malgré un gros effectif. Mais tu choisis pourtant un départ vers Bastia. Pour quelles raisons ? J'ai senti que ça bloquait. La première année quand j'arrive, j'apprends beaucoup, surtout aux entraînements, et je fais quelques entrées importantes, comme contre l'OM. La seconde année, je suis remplaçant à part entière, mais je ne sens pas une volonté du club d'aller encore un palier plus loin avec moi. Et moi, être remplaçant Je voulais me sentir important, et j'ai senti qu'au PSG, ce ne serait pas le cas. Bon, Mbami se casse la jambe juste après, mais ça, ça fait partie d'une carrière.
Et c'est donc Bastia. Oui. Au début, ça a été un peu compliqué, le club ne voulait pas me prêter, et puis le mercato avance et l'opportunité de Bastia...



...

Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant