Rocancourt, le policier et les "150 k"

le
0
Christophe Rocancourt pose lors de l'avant-première du film Mesrine à Paris.
Christophe Rocancourt pose lors de l'avant-première du film Mesrine à Paris.

Les déboires de la PJ parisienne deviennent un mauvais feuilleton. La vénérable institution du 36, quai des Orfèvres, dont le patron vient d'être remercié après des soupçons de violation du secret de l'instruction, devra affronter un nouveau scandale lié au vol en juillet dernier de 52 kilos de cocaïne dans l'armoire à scellés. Selon RTL, Jonathan Guyot, le policier des stups soupçonné du vol, et l'escroc des stars Christophe Rocancourt se sont rencontrés en prison et ont conclu un pacte, à l'issue duquel deux proches des deux hommes sont allés récupérer une partie du magot issu de la revente de la drogue.L'histoire atteint des sommets dans le rocambolesque : 150 000 euros auraient été cachés au fond du lac de Créteil et une opération de récupération à peine croyable aurait été montée par les deux suspects depuis Fleury-Mérogis. Le frère de Jonathan Guyot, policier lui aussi, selon Le Parisien, et un ami de Christophe Rocancourt se seraient retrouvés en janvier, dans l'eau "à deux degrés", raconte RTL, mais ne seraient pas parvenus à retrouver l'argent. Ils auraient tout de même récupéré un sac contenant 50 000 euros. "150 k" ? "Des calories journalières"...Interrogé par la police, Christophe Rocancourt aurait été sommé de justifier "les 150 k" évoqués dans un parloir mis sur écoute. "Ce sont des calories journalières, j'avais maigri alors je voulais juste savoir si je ne prenais pas trop de calories",...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant