Robots et avatars dans le "bureau" du futur

le
0
Robots et avatars dans le "bureau" du futur
Robots et avatars dans le "bureau" du futur

Le "bureau" du futur sera encore plus ouvert que les open spaces d'aujourd'hui. Il pourra être un café, un salon, un terminal d'aéroport ou n'importe quel autre lieu connecté à internet.Les ordinateurs portables permettent déjà de travailler à distance, mais la tendance s'accélère avec de nouvelles inventions comme des avatars de réalité virtuelle ou des robots de téléprésence au lieu de salariés en chair et en os."Ces technologies sont des facilitateurs, elles apportent davantage de flexibilité", estime Ted Schadler, analyste au centre de recherche Forrester."Les gens ne travaillent pas seulement depuis chez eux, mais là où c'est pratique, certains quittent leur bureaux tôt et se remettent au travail à la maison une fois que leurs enfants sont couchés", souligne-t-il.Un sondage de la société de logiciels Citrix en 2012 a trouvé que 90% des employeurs américains autorisaient des modes de travail "mobiles". Et ces pratiques sont aussi courantes en Chine (85%), au Brésil (81%), en Inde (77%), au Royaume-Uni (72%), en France et en Allemagne (71%).Mais le lieu de travail pourrait prendre une forme encore plus futuriste avec des technologies qui permettent à des robots ou des personnages virtuels de combler le manque de communications de visu ou interpersonnelles.Ces robots --dits de téléprésence-- peuvent participer à des vidéo-conférences ou d'autres interactions.Un produit conçu par la start-up californienne Double Robotics utilise un iPad sur une tige munie de roues qui se déplace dans les bureaux et interagit avec les collègues.Même si ces technologies ont été raillées dans des shows télévisés, les entreprises commencent à les apprécier, assure le porte-parole Double Robotics, Jay Liew. "Nous avons des clients qui nous disent qu'ils ne se souviennent plus si la personne était vraiment là ou si c'était le robot"."Plus les gens voient (le robot), plus ça devient ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant