Roberto Donado-digne

le
0

Officiellement en faillite depuis trois semaines et en attente d'un repreneur, Parme tente de terminer la saison de la meilleure des manières. Le club peut compter sur son entraîneur qui offre une belle leçon de dignité.

Parme n'est plus depuis le 19 mars dernier. Son destin dépendra des deux mandataires liquidateurs et des éventuels acheteurs intéressés. On en saura plus d'ici la semaine prochaine, lorsqu'une première enchère sera organisée. Reste qu'il y a une saison à finir dignement. Et de la dignité, staff et joueurs en ont à revendre dans cette affaire, ils donnent même une belle leçon à l'ensemble du football qui les a regardés couler sans vraiment réagir, les taxant de fausser le bon déroulement du championnat. En fin d'après-midi, c'est la Juventus qui vient au stade Ennio Tardini. Bon premier contre bon dernier. 57 points de différence entre les deux et un objectif : réduire cet écart à néant durant 90 minutes.
Un retour en grâce stoppé net
La saison passée fut celle de la réhabilitation pour Roberto Donadoni, qui avait connu jusque-là une trajectoire toute particulière. Propulsé peut-être trop tôt en 2006 à la tête d'une Squadra Azzurra tout juste sacrée championne du monde, il ne vantait alors que quelques petites expériences dans les divisions inférieures et n'avait obtenu des résultats honorables qu'avec Livourne. Bien trop peu pour se défaire de l'étiquette de pistonné. Son ancien pote du Milan Demetrio Albertini avait clairement pesé dans la décision de la Fédération. Les deux se retrouvent d'ailleurs aujourd'hui à Parme. L'ancien vice-président de la FIGC et candidat perdant à la présidence l'été dernier est venu donner un coup de main pour essayer de trouver un repreneur. La présence de Donadoni n'y est pas pour rien : "Albertini est un personnage tellement cristallin, qu'il ne peut que faire du bon travail ", a déclaré le coach parmesan. Une très belle marque d'estime.

Pour en revenir à ce dernier, donc, une expérience mi-figue mi-raisin à la tête de la Nazionale, mais dont le bilan a été revu à la hausse avec le recul. En revanche, ses passages au Napoli et à Cagliari n'auront pas laissé de souvenirs particuliers. Ce retour en haut de l'affiche avec Parme était donc sa petite revanche personnelle, même si Donadoni ne mange pas de ce pain-là. Polyvalence tactique, une série de 17 matchs sans défaites l'an dernier, la bonne gestion de Cassano, trois joueurs dans les 23 Italiens au Mondial 2014... Et bien sûr, une qualif en Ligue Europa annulée pour les raisons que l'on connaît désormais. Son arrivée dans un top club n'était qu'une question de temps (le Milan ?).…




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant