Roberto Carlos et son flirt avec l'Inter

le
0

Il y a 20 ans, Massimo Moratti drivait son premier mercato en tant que président de l'Inter. Parmi les nouveaux arrivants, un certain Javier Zanetti, mais aussi Roberto Carlos.

L'Inter est traditionnellement associée aux transferts ratés de l'autre côté des Alpes, avec une liste qui n'en finit plus depuis 1995. De Sébastien Rambert à Ishak Belfodil, le club milanais fête donc ses 20 ans de "bidoni" et autres "meteore". Toutefois, il s'est également distingué par ses mauvaises évaluations, on parle souvent d'Andrea Pirlo et Clarence Seedorf échangés au Milan contre Andrés Guglielminpietro et Francesco Coco, mais il y a bien pire. Il y a pile deux décennies, Roberto Carlos débarquait au centre d'entraînement d'Appiano Gentile, en compagnie d'un certain Javier Zanetti. L'Inter avait là les meilleurs joueurs en devenir au poste d'arrière latéral. Si l'Argentin n'est plus jamais reparti, le Brésilien, lui, a plié bagages après seulement un an.

5,5 milliards de lires par quadriceps


"Cet été-là, la direction a recruté trois jeunes pousses, deux Argentins et un Brésilien, personne ne les connaissait", se remémore Maurizio Ganz, ancien attaquant de l'Inter, "on a vite vu que Carlos était un vrai talent. Il était tout petit, mais avec des quadriceps impressionnants. La frappe, l'endurance, le physique, il avait tout." Le natif de Garça débarque pour 11 milliards de lires, il aurait pourtant pu arriver gratuitement si on en croit ce qu'a raconté le journaliste Maurizio Pistocchi sur Mediaset Premium : "Fin novembre 94, l'arrière gauche Paolo Tamezzani se blesse gravement. Le président de l'Inter était alors Ernesto Pellegrini et il me demande si je ne connais pas un bon joueur pour combler le trou dans l'effectif. Je lui ai conseillé Carlos que j'avais vu à Palmeiras, il était en fin de contrat en plus. Tout était déjà fait, bail de trois ans à un milliard de lires par saison. Seulement voilà, quelques mois plus tard, le club est vendu à Moratti, dont le staff n'a pas voulu récupérer les affaires conclues par l'ancienne direction. Roberto Carlos prolonge donc avec Palmeiras, puis sort une grosse Copa América avec le Brésil, et l'Inter l'achète pour 11 milliards " Le fameux flair interista.

5 buts en 7 matchs, puis Roy Hodgson


Quoi qu'il en soit, les débuts du Brésilien sont exceptionnels, il est titularisé au poste d'arrière gauche et inscrit pas moins de 5 buts lors de ses 7 premiers rencontres toutes compétitions confondues. Son tout…




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant