Robert Sarah, ennemi des dictateurs guinéens

le
0
PORTRAIT - De hautes responsabilités ne l'ont jamais éloigné d'une profonde vie spirituelle.

Cet homme mérite beaucoup plus que sa discrétion. À 67 ans, le cardinal Robert Sarah, celui que beaucoup considèrent en curie romaine comme un «saint», serait l'exemple même du bien qui ne fait pas de bruit. Nommé par Jean-Paul II archevêque de Conakry, en Guinée, alors que ce jeune prêtre n'a que... 34 ans, il n'hésite pas à s'opposer au tout-puissant Sékou Touré, alors «responsable suprême de la Révolution» mais aussi commanditaire de répressions violentes. Il lui lance publiquement un célèbre: «Le pouvoir use l'homme!» Même courage, en 2001, quand il est appelé à Rome. Il dresse publiquement un réquisitoire qui sera qualifié de «prophétique» contre le général Lansana Conté alors au pouvoir.

Expérience internationale

Jean-Paul II lui confie alors le poste de numéro deux de la congrégation pour l'Évangélisation des peuples, un véritable État dans...



Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant