Robert Pirès : "J'ai eu un blackout"

le
0

En 2005, 23 ans après la réussite du duo Cruijff-Olsen, Thierry Henry et Robert Pirès tentent le penalty à deux durant un match face à Manchester City. L'idée est simple : Robert doit décaler Titi pour qu'il n'ait plus qu'à marquer. Mais, tétanisé, Pirès loupe complètement sa passe... Il ne sait toujours pas pourquoi.

Dimanche 22 octobre 2005, quelques semaines après le début d'un championnat que les Gunners finiront à la quatrième place, les hommes d'Arsène Wenger affrontent un Manchester City toujours dans son époque loser (Danny Mills, Kiki Musampa, David Sommeil...). Alors que le score est bloqué à 1-0 depuis le premier penalty converti par Pirès à la 61e minute, l'arbitre Mike Riley siffle un deuxième coup de pied de réparation pour Arsenal... Thierry Henry s'avance donc près de son pote Bob pour lui parler d'une de ses envies qu'il veut mettre en place : le penalty à deux.

D'où vient cette idée ? De Thierry Henry, tout simplement parce qu'il était un grand admirateur de Johan Cruijff, c'est d'ailleurs pour ça qu'il portait le numéro 14. Il voulait absolument le faire ce jour-là face à Manchester City
Pourquoi contre Manchester City, justement ? Parce qu'il avait eu l'idée la veille à l'entraînement. On l'avait travaillé et, à l'entraînement, on l'avait réussi (rires).
Donc ça veut dire que vos coéquipiers étaient au courant que vous alliez le faire ? Non, personne ne le savait, à part Thierry Henry et moi. On l'a fait durant un entraînement normal, mais c'était une sorte de secret qu'il a gardé avant de le partager avec moi.
Pourquoi le faire avec vous spécialement ? C'est une bonne question, mais je pense que comme on était assez complices sur le terrain, il pensait que j'étais le joueur idéal pour réaliser ce qu'il voulait faire. Dans la tête de Thierry, tout était clair, net, précis, clarifié.
Vous pouvez revenir sur la première fois qu'il en a parlé ? On est à l'entraînement, et comme par hasard ce jour-là, Arsène Wenger siffle un penalty pendant un petit jeu. Thierry vient près de moi et dit : "Robert, on fait le penalty à deux !" Mais le truc, c'est qu'à l'entraînement, les rôles étaient inversés : il était en mode passeur et moi en mode "buteur". Donc on l'a fait et j'ai marqué.
Pourquoi avoir changé les rôles pendant le match ? Tout simplement parce que cinq minutes, avant il y avait déjà eu un…







Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant