Robert Ménard éjecte et insulte deux journalistes de sa mairie

le
2
Robert Ménard a envoyé les deux journalistes se faire foutre.
Robert Ménard a envoyé les deux journalistes se faire foutre.

Leur objectif était de calmer le jeu. Résultat : exactement sept minutes après, Robert Ménard les a envoyés "se faire foutre". Alors que le maire proche du FN de Béziers (Hérault) est en guerre ouverte avec les médias locaux, notamment avec le quotidien régional le Midi libre, une rencontre avait été demandée par Olivier Roirand, président du Club de la presse Languedoc-Roussillon et journaliste de TV Sud, et Sébastien Hoebrechts, vice-président du club et journaliste de Direct Montpellier Plus. Mais selon un communiqué publié par le club, le dialogue a été pour le moins limité, le maire les ayant immédiatement chassés de sa mairie en les couvrant d'insultes : "tocards" au service d'une "sous-presse" et d'un "journal de merde", le Midi Libre.

"J'ai été journaliste, et alors ?"

Le Club de la presse dénonce "une attaque grave aux valeurs de la démocratie que porte la presse, mais aussi une insulte à l'encontre de ses millions de lecteurs, auditeurs et téléspectateurs". Et évoque une attitude "d'autant plus inconcevable que Robert Ménard a débuté en tant que journaliste local à Montpellier, a cofondé le Club de la presse et créé Reporters sans frontières en terre montpelliéraine".

Interrogé par Libération, l'élu s'est défendu : "On m'avait présenté ce rendez-vous comme une visite de courtoisie. Or, ces deux journalistes sont venus me faire une leçon de morale. Pour moi, Midi libre est...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • fquiroga le mercredi 27 mai 2015 à 12:45

    Cela vous étonne de la part d'un frontiste????? Pas moi....

  • Spartaku le samedi 23 mai 2015 à 05:42

    ça se passe tjrs ainsi entre la presse et le FN .... la liberté d'expression n'est pas l'apanage de l'extrême droite c'est bien connu .