Robert Lewandowski de Pruszkow

le
0
Robert Lewandowski de Pruszkow
Robert Lewandowski de Pruszkow

À une époque où Lionel Messi et Cristiano Ronaldo monopolisent l'attention médiatique, Robert Lewandowski réalise l'exploit d'être considéré comme l'un des cinq meilleurs attaquants au monde. Pourtant, il y a 10 ans, il était au fond du trou et tentait de redevenir simple footballeur avec le Znicz Pruszkow, en troisième division polonaise.

Quatrième du dernier classement du Ballon d'or, buteur sans pitié du Bayern Munich depuis deux saisons et grand espoir de la nation polonaise pour l'Euro, Robert Lewandowski arrive à 27 ans au zénith de sa carrière. Mais avant de prétendre à une victoire en Ligue des champions et à tous les records possibles en Bundesliga comme en sélection polonaise, le buteur polonais a failli passer à côté d'une simple carrière professionnelle. La faute à une vilaine blessure qui a fini de convaincre le staff technique du Legia Varsovie qu'il n'avait pas la carrure. C'était au printemps 2006. Une époque où il mange sans doute ses repas dans l'ordre. Du milieu des années 90 à ce premier échec sportif, Robert Lewandowski a vécu une jeunesse heureuse. Son père, ancien vice-champion de Pologne de judo, s'occupe des installations du Partyzant-Leszno, où le gamin n'a pas de licence, mais impressionne les enfants - plus âgés - avec lesquels il tâte le cuir. C'est au Varsovia Warszaw, sorte de centre de formation omnisports aux installations vétustes qu'il a sa licence et brille en football, athlétisme et volley-ball. " Il respirait le football à 100%. Sans oser dire qu'on le voyait devenir un joueur de classe mondiale, c'était évident pour tout connaisseur qu'il avait un truc en plus ", se souvient Kamil Bienko, présent à l'époque et toujours joueur du Partyzant aujourd'hui. Ce potentiel s'exprime avec le Varsovia Warszaw, pour qui Lewandowski est de loin le meilleur joueur, et débouche en 2005 par son arrivée au Legia Varsovie. Dans la réserve du plus grand club de Pologne, Lewandowski est censé faire ses armes en Division 3 avant de pouvoir prétendre intégrer l'équipe fanion. Ce qui ne se fera jamais entre les difficultés collectives de l'équipe, mal classée, et le spleen personnel du joueur qui ne trouve pas sa place et affiche un bilan famélique de trois buts. Victime d'une grosse commotion cérébrale en compétition, il se retrouve sur le flanc pour la fin de saison, et les dirigeants du Legia décident de la faire sans sentiments : l'estimant inapte à une carrière pro, ils mettent fin à la collaboration et chargent une secrétaire administrative de faire passer le message.

" Un remplaçant du remplaçant "





Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant