Robert Kennedy a-t-il volé le cerveau de JFK ?

le
0
Robert et John F. Kennedy en 1957.
Robert et John F. Kennedy en 1957.

C'est la nouvelle théorie-choc dans une saga à rebondissements. À en croire l'écrivain et avocat James Swanson, qui publie en novembre un livre intitulé Les derniers jours. L'assassinat de John F. Kennedy, c'est Robert lui-même qui aurait dérobé le cerveau du président assassiné. Celui-ci avait en effet disparu des archives de Washington, où il avait été placé dans un casier verrouillé, après l'autopsie. Ce n'est qu'en octobre 1966, trois ans après l'assassinat de Dallas, que la disparition de la boîte métallique spéciale dans laquelle avait été placé l'organe aurait été constatée. Il manquait également plusieurs pièces à conviction telles que des clichés aux rayons X, des photos et des prélèvements de tissus. Ces manques auraient rendu impossible d'étudier plus en détail les circonstances de l'assassinat de Kennedy, et notamment de revenir sur la thèse du tueur unique.

Mais, selon James Swanson, ce n'est pas tant pour accabler Lee Harvey Oswald que Robert Kennedy, procureur général des États-Unis de 1961 à 1964, aurait subtilisé ces éléments que pour protéger l'aura du président assassiné. "Ma conclusion est que Robert Kennedy a récupéré le cerveau de son frère - non pas pour dissimuler les preuves d'un complot -, mais plutôt pour cacher les preuves de l'étendue réelle d'une maladie qui touchait le président", explique l'écrivain. "Ou peut-être pour cacher les preuves du nombre de médicaments que le président...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant