Robben, l'Oranje amer

le
0
Robben, l'Oranje amer
Robben, l'Oranje amer

Miné par les blessures depuis deux ans, Arjen Robben a bien du mal à revenir dans le game. Et si le Munichois semble en souffrir particulièrement, les Pays-Bas pourraient aussi en pâtir. Parce que Robben, ça reste du talent brut.

C'était sa première titularisation de la saison, toutes compétitions confondues. C'était même sa première titularisation en Bundesliga depuis le 5 mars 2016. Soit sept longs mois d'attente. Alors, forcément, Arjen Robben l'attendait, ce match contre Cologne. Sauf que rien ne s'est passé comme il l'avait imaginé. Pas dans le coup, à l'image de son équipe qui a concédé un premier nul en championnat (1-1), le Hollandais a raté sa prestation. Qui n'aura finalement duré que 45 minutes. Voyant son joueur en difficulté, Carlo Ancelotti opte en effet pour le remplacement dès la pause.

"Il avait mal et ne pouvait pas continuer, mais il n'y a rien de grave", dira le coach italien après la partie, fidèle à lui-même. Mais est-ce vraiment cette petite gêne aux côtes qui explique cette sortie précoce ? La suite de l'après-midi ne plaide pas pour le oui. Après avoir pris sa douche, Robben décide ainsi de ne pas assister à la fin de la rencontre et quitte le stade un petit quart d'heure avant la fin du match. Une réaction qui ne surprend pas au vu du personnage et de ses précédents. Sauf que l'attitude de l'ailier de 32 ans ressemble plus à une réaction de désespoir qu'à un coup de sang spontané. Une attitude qui semble avoir davantage pour origine un mal-être qu'une colère.

Le patient hollandais


La raison ? L'état de son corps, évidemment. Robben est un diamant fragile, chacun le sait. Et plus le temps avance, plus sa sensibilité augmente. Depuis quelque temps, le bijou ne cesse de se casser sans parvenir à se ressouder, même partiellement. La meilleure saison de la carrière du Néerlandais se situe en 2013-2014 : 59 matchs joués toutes compétitions confondues pour une trentaine de buts. Cette saison-là, il connaît quatre blessures pour une cinquantaine de jours d'indisponibilité. Depuis, Robben a cumulé treize blessures, pour 305 jours d'indisponibilité. Soucis aux adducteurs, grippe, abducteurs déchirés, genoux récalcitrants, problèmes de nerfs, tendinites, muscles grinçants... Résultat : 54 matchs ratés avec Munich. En 2014-2015, il en joue 35. L'année dernière, ce chiffre tombe à 23.

De là à dire qu'il est cramé et que son contrat qui prend fin en juin 2017 ne doit pas être renouvelé ? "Je suis favorable à ce qu'Arjen Robben reste au Bayern Munich pour une année…






Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant