Rixe de Sisco : des peines de 6 mois avec sursis à deux ans ferme prononcées

le
0
Des centaines de personnes se sont réunies, le 15 septembre, devant le tribunal correctionnel de Bastia en soutien aux deux villageois jugés dans l'affaire de la rixe de Sisco.
Des centaines de personnes se sont réunies, le 15 septembre, devant le tribunal correctionnel de Bastia en soutien aux deux villageois jugés dans l'affaire de la rixe de Sisco.

La bagarre, survenue le– août, entre une famille d’origine marocaine et des habitants de ce village côtier du Cap corse avait ravivé les tensions sur l’île.

Le tribunal correctionnel de Bastia a rendu, vendredi 16 septembre à l’aube, son verdict dans l’affaire de la rixe de Sisco (Haute-Corse). Les cinq prévenus ont été condamnés à des peines allant de six mois de prison avec sursis à deux ans ferme.

Mustapha Benhaddou écope de la sanction la plus lourde pour violence en réunion avec armes lors de cette bagarre, le– août, entre une famille d’origine marocaine et des habitants de ce village côtier du Cap corse. Déjà condamné à de multiples reprises et décrit comme l’élément déclencheur des événements au cours de l’audience, il a été maintenu en détention. Les deux villageois ont été condamnés respectivement à un an et à huit mois avec sursis ; les frères de M. Benhaddou – absents lors du procès – à 6 mois avec sursis. Un quatrième membre de la fratrie n’a quant à lui jamais été interpellé et n’a pas pu être jugé.

La veille, le procureur avait requis des peines allant jusqu’à 30 mois de prison, dont 24 fermes, à l’encontre des prévenus, évoquant « une crise paroxystique où tous les bas instincts sont ressortis ». « La société française et la société corse, qui en fait partie, sont traversées par des fractures, mais ce n’est pas la réalité du dossier, qui est à la fois quelque chose de plus classique et de plus minable », avait fustigé Nicolas Bessone.

« On a frôlé la catastrophe » Les heurts avaient fait quatre blessés et nécessité l’intervention d’une centaine de membres des forces de l’ordre. A l’origine de ces derniers,...

Retrouvez cet article sur LeMonde.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant