River Plate, l'armée du ruban rouge

le
0
River Plate, l'armée du ruban rouge
River Plate, l'armée du ruban rouge

Il est porté dans les stades, sur les terrains le dimanche, dans la cour de recré, dans la rue. Le maillot de foot est le signe de ralliement de tout supporter. Et chaque maillot a son histoire. Cette semaine, place à la Banda Roja de River Plate.

Puisque le Club Atlético Boca Juniors est déjà passé par là, impossible de ne pas parler des rivaux du Club Atlético River Plate. Et quels rivaux ! Club le plus titré d'Argentine avec ses 35 titres de champion, ses trois Copa Libertadores et sa Coupe intercontinentale, River Plate doit sans cesse construire de nouvelles vitrines pour ses nombreux trophées. En plus d'avoir un des palmarès les plus imposants d'Amérique, le club de Buenos Aires peut se vanter d'avoir toujours été fidèle à ses couleurs d'origine, le rouge et le blanc. Il faut dire que depuis plus d'un siècle, les maillots de River Plate sont tellement classes qu'on n'imagine pas la moindre raison de les changer.

Histoire d'un maillot


L'histoire du Club Atlético River Plate remonte au tout début du XXe siècle. Dans le quartier de La Boca, près du port de la capitale argentine, l'équipe de La Rosales, qui s'appelait auparavant Juventud Boquense, joue régulièrement sur un terrain public. À l'été 1900, une autre équipe, Santa Rosa, se met à fréquenter les mêmes terrains, le même quartier. Pendant une petite année, les deux équipes rivales s'affrontent à Buenos Aires, jusqu'à ce qu'elles décident de s'unir et de fusionner, le 25 mai 1901. Date symbolique s'il en est, puisqu'elle marque le 91e anniversaire de la révolution de mai (qui marqua la fin de la domination espagnole sur la capitale argentine et sa région).



Pour le club issu de cette fusion, on voulut trouver un nom à consonance anglaise. Le football étant importé directement du Royaume-Uni, quoi de plus normal que de rendre à Shakespeare ce qui lui appartenait ? Le président de Santa Rosa, Livio Ratto, veut appeler le nouveau club Club Atlético Forward. Son homologue de La Rosale propose lui le nom de Club Atlético River Plate. La capitale Buenos Aires se trouve à l'embouchure du Rio de la Plata (la " rivière d'argent "). En anglicisant de manière approximative le nom de ce cours d'eau, on obtient River Plate. Toutefois, Pedro Martínez n'aurait jamais eu l'idée de ce nom s'il n'avait pas traîné…






Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant