Rivalités autour du perchoir

le
0
Claude Bartolone, Élisabeth Guigou et Jean Glavany rêvent de la présidence de l'Assemblée nationale.

Ils sont trois pour un fauteuil. Mais la liste peut encore s'allonger. Dès l'annonce de la défaite de Ségolène Royal à La Rochelle, les candidats au perchoir, la présidence de l'Assemblée nationale, ont commencé à faire campagne. Claude Bartolone, le président du conseil général de Seine-Saint-Denis, qui avait évoqué sa candidature au Figaro, a expliqué lundi dans Le Parisien qu'il souhaitait être «un président de rassemblement, animé d'un esprit républicain qui permet de faire respecter l'institution, de rester impartial, de protéger l'institution».

Même s'il ne fait pas partie du «cercle historique» des proches du chef de l'État, cet ex-fabiusien, qui avait soutenu Martine Aubry lors de la primaire socialiste à l'automne 2011, juge qu'il a été «utile et loyal à François Hollande durant sa campagne». Arrivé tôt, lundi matin, à l'Assemblée, Claude Bartolone, accompagné de son ami et soutien Jean-Marie Le Guen, brillamment réélu à Paris dans la 9

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant