Risques des pilules de 3ème et 4ème génération : les médecins ont compris le message

le
0
Risques des pilules de 3ème et 4ème génération : les médecins ont compris le message
Risques des pilules de 3ème et 4ème génération : les médecins ont compris le message

La Caisse d'Assurance Maladie (CNAMTS) et l'Agence de Sécurité du Médicament (ANSM) viennent de présenter les résultats d'une étude sur les risques des différentes générations de contraceptifs oraux combinés (COC) portant sur plus de 4 millions de femmes. Cette étude confirme bien l'existence d'un doublement du risque d'embolie pulmonaire avec des COC de 3e génération par rapport à celui des 2e génération et la tendance vers une diminution des prescriptions par les médecins des COC de 3e et 4e génération au profit des pilules de 2e génération.

Elle confirme aussi la méfiance vis-à-vis de la pilule, et des changements dans le choix des méthodes contraceptives.

Ainsi, le suivi des vente de pilules et des autres contraceptifs (préservatifs exclus), de décembre 2012 à mai 2013, a permis d'observer les points suivants :

L'étude montre tout d'abord une tendance à la prudence concernant la pilule avec :

- une diminution des ventes globales de contraceptifs (hors préservatifs) sur la période étudiée de 1.1% par rapport à la même période l'année précédente (décembre-mai) et de 3.7% si l'anti-acnéique Diane 35 est pris en compte dans la contraception globale ;

- une diminution modérée des ventes d'estroprogestatifs non oraux (dispositifs transdermiques et anneaux vaginaux) ;

- une forte diminution des ventes de pilules de 3ème et 4ème génération avec une diminution de 29% reportée sur la période décembre 2012 - mai 2013

(...) Lire la suite de l'article
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant