Risques de marchés : l'AMF reste en étal d'alerte

le
1
dr
dr

(lerevenu.com) - Le contexte économique reste marqué par des tensions financières persistantes, avec une interaction encore significative entre risque souverain et risque bancaire, notamment en Europe, constate l'autorité de régulation : « Par rapport à l'été dernier, et malgré les initiatives décisives prises par les autorités politiques et monétaires, je ne vois pas, aujourd'hui, de risque systémique qui ait disparu de l'agenda des régulateurs au cours de l'année écoulée », indique Gérard Rameix, son président.

Les trois risques paraissant présenter une intensité de nature systémique sont liés d'abord « aux difficultés des politiques budgétaires européennes à se situer sur une trajectoire crédible de consolidation des finances publiques dans un environnement macrofinancier récessif », comme le précise le rapport. Le risque bancaire reste lié à « à l'effort d'adaptation des établissements financiers pour développer un modèle de développement profitable et maîtrisé », alors que la situation en France des entreprises non financières s'est dégradée. L'AMF déplore, enfin, « la fragmentation et le manque de transparence des marchés financiers, dont de larges parts sont encore insuffisamment régulés ».

Dans un but de protection de l'épargne et de renforcement de la confiance, l'AMF suit donc avec attention les risques de mauvaise commercialisation. Pour préserver le bon fonctionnement des marchés, elle a adapté ses outils de surveillance et son activité de contrôle et d'enquête de manière à prendre en compte des pratiques ou produits jugés plus sensibles (trading haute fréquence, dérivés de gré à gré, etc.). Pour consulter la cartographie des risques 2013 (159 pages) : http://www.amf-france.org/documents/general/10915_1.pdf

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • crcri87 le vendredi 5 juil 2013 à 04:04

    Mais l'AMF ne sert à rien du tout !!