Risques de blanchiment d'argent dans les vignobles français

le
2
L'organisme gouvernemental Tracfin (Traitement du renseignement et Action contre les circuits Financiers clandestins) met en garde contre les investissements étrangers dans les propriétés viticoles.

Les seules sonorités des noms Saint-Émilion ou Pomerol suffisent parfois à éveiller les papilles des amateurs de vin. Ces deux communes viticoles hébergent quelques-uns des cinquante châteaux rachetés par des investisseurs chinois ou russes ces dernières années.

Dans son rapport 2012(pdf), publié début août, Tracfin, le service de renseignement financier du ministère de l'Économie chargé de la lutte contre le blanchiment de capitaux, s'intéresse au secteur vitivinicole. Les risques de montages juridiques complexes dans les vignobles français rachetés par des investisseurs russes, chinois ou ukrainiens y sont établis. Ces opérations sont réalisées avec «des sociétés en cascades installées dans des pays à fiscalité privilégiées», détaille le rapport.

«D...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M7989149 le lundi 12 aout 2013 à 23:10

    Attention les Chinois vont tout acheter! Et ouai,eux ils bossent et ils ne passent pas leur temps a creer des lasagnes de lois pour masquer la misere.

  • 00050375 le lundi 12 aout 2013 à 21:04

    mettre sous sequestre les propriétées