Risque pays : la frontière pays avancés/pays émergents se fissure

le
0
(NEWSManagers.com) - Coface, qui prévoit pour 2011 un ralentissement modéré de l'économie mondial, a indiqué le 17 janvier à l'occasion de son 15ème colloque Risque Pays que l'heure est à la convergence des risques entre les pays avancés et les pays émergents qui ont vu leur note s'améliorer à l'épreuve de la crise.

Grands gagnants de la crise, les pays émergents poursuivront en 2011 leur trajectoire de croissance solide, avec un léger ralentissement : 6,2% contre 6,7% en 2010. A la différence de la zone euro, où la bulle d' endettement privé a entraîné des crises souveraines, l' activité des pays émergents n' est pas handicapée par le poids de la dette privée.

Toutefois, les pays émergents ne se sont pas à l' abri d' une envolée de l' endettement du secteur privé. Comment en effet financer le boom de l' investissement que l' on observera encore en 2011 ?

Coface estime qu'il faudra s'intéresser de près à deux types de profil . D'une part, le profil " polono-brésilien " concerne les entreprises qui ont tendance à s' endetter à l' étranger car les banques locales sont trop réticentes et les taux domestiques sont prohibitifs, d' où un risque d' avoir dans ces pays des contreparties de plus en plus endettées en devises ;

D'autre part, le profil " sino-vietnamien " s'applique aux entreprises s' endettant plutôt en monnaie locale auprès des banques domestiques souvent peu armées pour analyser correctement les risques. Des entités très endettées et parfois peu transparentes pourraient se trouver en difficulté.

Le panorama mondial du risque pays présenté lors du colloque 2011 souligne un effet de ciseau prononcé des risques entre les pays avancés et les pays émergents, lié à la stabilité des performances des derniers et à la résistance de l'expérience de paiement constatée par Coface sur les entreprises des économies émergentes pendant la crise. Les pays émergents affichent des rythmes d'activité élevés et stables et une forte solidité financière, alors que les risques se sont dégradés pour les pays avancés. Parmi ces derniers, seulement 9 sur 28 ont retrouvé leur niveau d'avant-crise.

Avant la crise, la note la plus basse des pays avancés était A2 et neuf pays émergents avaient des notes supérieures ou égales. En 2010, la note la plus basse des pays avancés est A4 et 27 pays émergents dont la Chine, la Turquie, le Brésil, l' Inde ou la Pologne ont des notes supérieures ou égales. Ils se retrouvent de fait mieux notés que la Grèce, l' Irlande ou le Portugal, sujets aux bulles de la dette qu' elle soit privée ou publique. La Turquie est désormais seulement un cran en dessous du Royaume-Uni. La Pologne est mieux notée que l' Islande.

info NEWSManagers

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant