Risque de pénurie d'électricité : l'avertissement de Royal au patron d'EDF

le , mis à jour à 07:07
30
Risque de pénurie d'électricité : l'avertissement de Royal au patron d'EDF
Risque de pénurie d'électricité : l'avertissement de Royal au patron d'EDF

Quand Ségolène Royal n'est pas contente, elle prend la plume. Dans un courrier que nous nous sommes procuré (lire ci-dessous), en date du 10 octobre et adressé au PDG d'EDF, Jean-Bernard Lévy, la ministre de l'Energie et de l'Ecologie demande des garanties sur l'approvisionnement en électricité cet hiver. En cause, la demande par l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN) de mise à l'arrêt de plusieurs réacteurs.

 

Le ton employé par la ministre traduit une certaine fébrilité. La lettre commence en effet par un rappel des devoirs de l'électricien français : « La sécurité d'approvisionnement du territoire français en électricité doit être assurée, écrit-elle. EDF, premier producteur d'électricité en France, est dépositaire d'une forte responsabilité dans la garantie de cet approvisionnement. » Avant l'été, sur les 58 réacteurs nucléaires français (dans 19 centrales), 18 ont en effet été identifiés comme pouvant présenter des anomalies dans le forgeage de générateurs de vapeur. Après contrôle, six réacteurs ont finalement été autorisés à redémarrer. Sept autres sont en cours d'inspection. Au moment où la lettre est écrite, les cinq restants (Fessenheim, Tricastin, Gravelines et Civaux) tournent encore normalement. Mais Ségolène Royal semble déjà prévoir leur prochaine mise à l'arrêt, puisqu'elle demande à Jean-Bernard Lévy « d'anticiper d'éventuelles demandes de l'ASN conduisant à des indisponibilités supplémentaires de certains réacteurs ». Ce qui ne manque pas d'arriver huit jours plus tard (nos éditions du 19 octobre).

 

Pour que la ministre se fende d'un courrier au patron d'EDF, c'est qu'elle juge la situation préoccupante. Elle n'est pas la seule d'ailleurs. Les ingénieurs de RTE (Réseau de transport d'électricité) travaillent jour et nuit depuis deux jours pour revoir tous leurs calculs. « Nous devons repousser de deux semaines notre présentation des différents scénarios de ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • frk987 il y a un mois

    Pour M4164491 : expliquez moi comment vous produisez de l'Hydrogène ?

  • M4164491 il y a un mois

    Sans vision d'avenir, la France ira irrémédiablement dans le mur.

  • M4164491 il y a un mois

    Dommage, la france n'aura pas de centrale électrique de fusion aneutronique, de longe pour les canons et les dispositifs de propulsion aérospatiale.

  • M4164491 il y a un mois

    Je ne suis pas rêveur, au vu du taux d'endettement du pays, j'imagine qu'ils feront le forcing pour passer à la pile à combustion avec l'hydrogène pour se passer de temps de dépense en recherche!

  • M4164491 il y a un mois

    Mais pas bcp de nouveaux réacteurs car il est urgent d'investir dans la recherche de la maîtrise de l'énergie de fusion aneutronique.

  • M4164491 il y a un mois

    Vivement la généralisation de la voiture électrique dans quelques années afin d'obliger la République à investir dans de nouveaux réacteurs !

  • M2286010 il y a un mois

    Arrêter Fessenheim, envisager la fermeture d'autres sites, comme l'impose le gouvernement, a des conséquences qu'EDF n'a pas souhaité. Déplacer sur EDF la responsabilité de la baisse de production est un scandale. Faisons comme en Allemagne: les Grund impose la fermeture de centrales nucléaires remplacées par des centrales à charbon et multiplient l'émission de CO² par 5. Les écolos sont satisfaits par cette solution invraisemblable, tant mieux pour eux, tant pis pour nous et le climat !!

  • M7097610 il y a un mois

    stricot, c'est donc pour cela que le directeur financier d'EDF a claqué la porte ? je rève

  • M3366730 il y a un mois

    Encore la Ségo, c'est elle ou ses services qui a transmis le courrier à la presse. Toujours en train de couvrir ses arrières au lieu de bosser !

  • stricot il y a un mois

    Bien au contraire - Les centrales anglaises sont construites sur les moyens anglais (18 milliards de livres comme cout initial), et EDF peut meme potentiellement se servir de ces fonds pour oeuvrer dans d'autres parties du groupe.