Risque de grave épidémie de choléra au Yémen, dit l'OMS

le
0
    GENEVE, 14 novembre (Reuters) - Une grave épidémie de 
choléra risque d'éclater au Yémen où le nombre de cas suspects a 
doublé en douze jours pour atteindre 4.000, a mis en garde lundi 
l'Organisation mondiale de la santé (OMS). 
    Le ministère yéménite de la Santé a rapporté les premiers 
cas de choléra le 6 octobre dans ce pays dévasté par 20 mois de 
guerre. Le 1er novembre, il y avait 2.070 cas suspects 
répertoriés et dimanche, le chiffre s'élevait à 4.119. 
    Les tests en laboratoire ont également confirmé un nombre 
accru de contaminations, qui sont passées de 71 à 86 au cours 
des douze derniers jours. 
    Le choléra a déjà fait huit morts et 56 autres personnes 
sont décédées à la suite de diarrhée aiguë. 
    Depuis le début du conflit, la plupart des infrastructures 
civiles du pays ont été endommagées ou détruites par les combats 
et les bombardements aériens de la coalition formée par l'Arabie 
saoudite pour soutenir le président en exil Abd-Rabbou Mansour 
Hadi. 
    Selon les Nations unies, seules 45% des structures médicales 
sont encore opérationnelles et les deux tiers de la population 
n'ont plus accès à l'eau potable ou aux équipements sanitaires. 
    D'après l'OMS, les épicentres de l'épidémie de choléra se 
situent dans les provinces de Taëz et d'Aden, où le gouvernement 
du président Mansour Hadi s'est temporairement installé, la 
capitale Sanaa étant occupée par les miliciens houthis. 
 
 (Tom Miles; Tangi Salaün pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant