Risque de déficit excessif pour l'Espagne en 2016-CE

le , mis à jour à 21:43
0

(Actualisé avec la réaction du ministre de l'Economie espagnol) par Francesco Guarascio BRUXELLES, 12 octobre (Reuters) - Le budget de l'Espagne risque d'enfreindre les règles budgétaires de l'Union européenne en 2016, dans la mesure où il se fonde sur des prévisions de croissance trop optimistes et ne prend pas en compte l'exposition du pays à des économies émergentes en ralentissement, selon un avis de la Commission européenne publié lundi. La mise en garde de Bruxelles intervient à quelques mois des élections législatives prévues le 20 décembre, un scrutin au cours duquel le gouvernement de droite sortant ne manquera pas de mettre en avant sa gestion de l'économie pour regagner la confiance d'électeurs qui ont subi de plein fouet les effets de la compression des dépenses publiques. En 2014, l'Espagne est sortie d'une profonde récession, marquée par une crise bancaire, une explosion du chômage et une longue crise immobilière, pour afficher désormais l'un des taux de croissance les plus élevés de la zone euro. Mais, s'agissant de 2016, l'exécutif européen juge le scénario macroéconomique sur lequel repose le projet de budget de l'Espagne pour l'année prochaine "un peu trop optimiste". "Selon les prévisions de la Commission, les risques pesant sur les projections de croissance sont plutôt baissiers et surtout liés au secteur de l'économie tourné vers l'international, (qui pâtirait) d'une éventuelle intensification du ralentissement des pays émergents", note Bruxelles dans son rapport. Madrid estime que le déficit des administrations publiques devrait diminuer et passer de 5,8% du produit intérieur brut (PIB) en 2014 à 4,2% cette année et à 2,8% en 2016, conformément aux objectifs recommandés dans le cadre de la procédure concernant les déficits excessifs. Mais la Commission s'attend à ce que l'Espagne ne parvienne pas à corriger son déficit excessif d'ici à 2016 et prévoit un déficit budgétaire nominal à 4,5% du PIB cette année et à 3,5% l'an prochain. DE GUINDOS ESTIME QU'IL NE FAUT PAS MODIFIER LE BUDGET 2016 L'UE exige que les déficits nationaux ne dépassent pas 3% du PIB. La Commission européenne pense que la croissance sera de 3,1% cette année en Espagne et de 2,7% l'an prochain, moins que les 3,3% et 3,0% respectivement prévus par Madrid mais plus que ses projections de mai qui donnaient 2,8% et 2,6%. Le ministre de l'Economie espagnol Luis de Guindos a cependant estimé qu'il n'était pas nécessaire d'apporter des changements majeurs au projet de budget 2016 du pays. Il a souligné que l'Espagne était bien partie pour atteindre son objectif de déficit budgétaire 2015, ce qui placerait Madrid en bonne position pour le faire passer sous la barre des 3% en 2016. "La tendance en matière de revenus budgétaires est très positive", a dit à des journalistes Luis de Guindos. Dans un rapport séparé publié lundi, la Banque centrale européenne (BCE) estime que la reprise économique a accéléré en Espagne mais elle ajoute que le chômage reste élevé et que les déséquilibres financiers remontant avant les années de crise demeurent amples. Les Cortes, le parlement espagnol, doivent être dissous la semaine prochaine en prélude aux élections qui se tiendront le 20 décembre. L'exécutif européen veut que le prochain gouvernement espagnol révise le projet de budget en tenant compte de ses remarques et rajoute les données financières des régions, qui ne figurent pas dans l'actuel projet de loi de Finances. Les pays européens doivent envoyer leur copie budgétaire 2016 à Bruxelles d'ici le 15 octobre. L'Espagne a devancé l'appel pour que son parlement puisse se prononcer sur le document avant sa dissolution. (Myriam Rivet et Benoît Van Overstraeten pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant

Partenaires Taux