Risque de cancer du sein : dans les rayons, trouver le bon déo c'est coton

le , mis à jour à 12:13
1
Risque de cancer du sein : dans les rayons, trouver le bon déo c'est coton
Risque de cancer du sein : dans les rayons, trouver le bon déo c'est coton

Plus de 150 références côté femme et plus de 50 côté hommes. Après une heure trente passée à déchiffrer les étiquettes des déodorants de l'Intermarché de Clichy-la-Garenne (Hauts-de-Seine), j'ai fini par dénicher une infime minorité de sprays et de sticks sans sels d'aluminium : 9 parmi les cosmétiques féminins et 4 parmi les masculins. Tous les autres utilisent ces composés qu'on retrouve sous les noms barbares de chlorhydrate d'aluminium ou Aluminum zirconium tetrachlorohydrex GLY. Les industriels n'indiquent jamais si la concentration dépasse 0,6 %, seuil au-delà duquel il y a danger à long terme, selon les autorités sanitaires.

 

Dans l'univers rose et sucré des antitranspirant féminins, quelques industriels mettent en avant l'absence de sels d'aluminium. C'est le cas du petit tube décoré de feuilles vert tendre So'bio à la poudre de bambou, de loin le produit le plus cher du rayon, à 6,35 €.

 

La pierre d'alun, fausse bonne idée

 

Parmi les références non écolos, les marques Cadum et Ushuaïa promettent de vous faire dégager sans danger une bonne odeur de pivoine, de monoï ou d'hibiscus. Une douzaine de déos féminins insiste sur leur teneur en pierre d'alun, un composant 100 % naturel. Mais à l'état brut sous forme de potassium d'alun, ou synthétique sous le nom ammonium d'alun, les autorités sanitaires déconseillent aussi son usage potentiellement cancérogène.

 

Du côté des déos masculins, l'argument de vente n o 1 est que le produit ne doit pas laisser de marque sur les vêtements. Et c'est à peu près tout. En cherchant bien, j'ai découvert que Mennen comme Williams proposent chacun deux sticks sans sels d'aluminium. Prudent, dans la mesure où ce composant peut aussi favoriser l'apparition de tumeur des glandes mammaires parmi la population mâle. Certes beaucoup plus rare, mais 1 % des cancers du sein concernent des hommes.

 

QUESTION DU JOUR. Êtes-vous attentif à ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M940878 il y a 2 mois

    suffit de se laver !