Risque d'inondation : vigilance accrue dans les campings

le
0
Risque d'inondation : vigilance accrue dans les campings
Risque d'inondation : vigilance accrue dans les campings

À la suite de la crue soudaine qui a provoqué la mort de 4 personnes le 18 septembre à Lamalou-les-Bains (Hérault), le gouvernement vient d'ordonner l'inspection de tous les terrains de camping situés dans des zones de submersion rapide. Selon nos informations, 2 110 établissements situés en bord de mer ou près du lit d'une rivière sont visés. Dans une note de 4 pages transmise aux préfets, la ministre de l'Ecologie, Ségolène Royal, leur demande d'examiner le niveau d'exposition au risque de ces campings et l'efficacité de leur plan d'évacuation.

60 % des campings situés dans des zones à risques

Sur 9 233 campings, 5 481 sont situés dans des zones à risques naturels (crue, glissements de terrains, chutes de pierres ou d'arbres, tempêtes et feux de forêt) ou technologiques (proche d'un site industriel dangereux). La note transmise aux autorités concerne prioritairement les 552 campings soumis à des risques de submersion marine le long du littoral, les 1 342 établissements menacés par une crue de rivière soudaine et les 216 campings menacés par une rupture de digue.

Tous les campings à risque doivent disposer d'un cahier de prescription détaillant le niveau d'information des clients (affichage, présence de sirènes) et les mesures envisagées en cas d'évacuation. Or, sur les 5 481 établissements situés en zone à risques, seuls 3 137 disposent d'un cahier d'alerte dûment approuvé par la mairie. « Un certain nombre de campings bénéficient d'autorisations et de dispositions de sécurité anciennes, potentiellement obsolètes », reconnaît-on au ministère de l'Ecologie.

Evacuation sans délai en cas de vigilance rouge

En attendant que les préfets achèvent leur inspection, d'ici deux ans au maximum, Ségolène Royal exige l'application du principe de précaution. « En cas de vigilance crues de niveau rouge, l'évacuation devra être engagée sans délai », précise la ministre. En Ardèche, sur ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant