Risque d'épidémies au Cachemire indien, toujours submergé

le
0

SRINAGAR, Inde, 15 septembre (Reuters) - Les services de secours indiens s'efforcent d'écarter le risque d'épidémies qui menace la vallée du Cachemire après des inondations d'une ampleur sans précédent depuis plus d'un siècle. Environ 75.000 personnes sont toujours bloquées à Srinagar, capitale d'été de l'Etat du Jammu-et-Cachemire, dont les égouts se répandent dans les rues submergées où flottent des cadavres d'animaux et toutes sortes de débris. "Les carcasses flottantes sont devenues une grave source d'inquiétude (...) Nous essayons d'entrer en contact avec les autorités sanitaires", a déclaré un hôtelier cachemiri qui possède trois établissements dans la région. Les pouvoirs publics ont mis 25 stations de filtrage ayant une capacité de 400.000 litres par jour ainsi que 13 tonnes de pastilles pour purifier l'eau à la disposition des zones sinistrées. Plus de 200.000 personnes ont été secourues au cours des huit derniers jours et les télécommunications fonctionnent à nouveau partiellement. "Des fonctionnaires ont enfin commencé à rétablir les services publics. Ces huit derniers jours, nous n'avons eu aucune aide de la part du gouvernement", a déploré un banquier de Srinagar. Face au mécontentement qui s'intensifie, les services de secours disent avoir été pris au dépourvu par l'ampleur des inondations. Il s'agit de la première crise humanitaire d'envergure depuis l'investiture de Narendra Modi à la tête du gouvernement indien. (Fayaz Bukhari, Jean-Philippe Lefief pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant