Risque climatique : 270 investisseurs institutionnels visent le secteur électrique

le
0

Après les secteurs pétrolier et gazier et celui des matières premières, les investisseurs préoccupés par les conséquences du risque climatique sur les business models des entreprises ciblent désormais le secteur électrique.  

C’est le sens de la campagne d’engagement menée par l’IIGCC (Institutionnal investors group on climate change, 122 membres, 13 000 milliards d’euros d’actifs) et plusieurs autres groupements représentant plus de 270 investisseurs institutionnels comme l’Investor Network on Climate Risk (100 membres, 13 000 milliards de dollars d'actifs), l’Investor Group on Climate Change (IGCC) et l’Asia Investor Group on Climate Change.  

Dans ce cadre, ces coalitions publient un rapport qui analyse les risques auxquels sont confrontés les électriciens, "insuffisamment préparés pour la transition vers une économie plus sobre en carbone" selon Stephanie Pfeiffer, DG de l’IGCC. Il traite notamment de l’impact des politiques de réduction des émissions, des évolutions technologiques et de l’évolution de la demande, mais aussi de la gestion des actifs dévalorisés tels que les centrales devenues non viables économiquement.

Le rapport précise aussi les attentes des investisseurs sur la façon dont ces sociétés devraient adapter leur modèle économique dans la perspective d’un réchauffement climatique limité à 2°C.  

Selon un précédent rapport, publié par le think tank Carbon Tracker Initiative en juillet 2015, les 5 principaux électriciens européens (dont EDF et Engie) ont perdu 100 milliards d'euros de capitalisation entre 2008 et 2013, dans un contexte de découplage entre la croissance et la consommation électrique, et de baisse des prix de marché de l’électricité.  

Retrouvez cet article sur Novethic.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant