Ripoux marseillais : les leçons d'un scandale sans précédent

le
0
DÉCRYPTAGE - De l'argent, de la drogue et des bijoux ont été trouvés chez les policiers ripoux de la BAC de Marseille. Désormais le chiffre de vingt agents corrompus, à des degrés divers, circule.

L'affaire des ripoux de la BAC des quartiers nord plonge le nouveau ministre de toutes les polices dans l'envers du décor de sa grande maison. Mais il a pris ses fonctions en assumant déjà une décision discutable: le préfet Alain Gardère, qui, par son opiniâtreté, a permis de révéler de bien mauvaises pratiques, pour qu'elles soient sanctionnées, a été muté à peine François Hollande élu. Son crime: il était réputé proche de Nicolas Sarkozy... L'idéologie est le premier mal qui sape les fondements de l'organisation policière. Elle se singularise depuis 1981 par une «chasse aux sorcières» qui s'est perpétuée comme une tradition républicaine à chaque alternance.

La réponse de l'État à Marseille manque singulièrement de constance. Depuis 2002, pas moins de six préfets de police envoyés par Paris pour remettre bon ordre dans la ville se sont succédé. Certains n'ont pas duré huit mois, comme le préfet Gilles Leclair, qui avait supervisé en 2010 une

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant