Ripollico ce soir route de Lorient

le
0
Ripollico ce soir route de Lorient
Ripollico ce soir route de Lorient

Né à Rennes et formé au SRFC, Sylvain Ripoll est devenu depuis un pur Merlu : d'abord comme joueur, puis comme adjoint de Gourcuff et aujourd'hui en tant qu'entraîneur principal. Un poste menacé par les résultats inquiétants de son équipe, actuellement relégable. Alors, passera ou passera pas l'hiver ? Une partie de la réponse se joue ce soir au stade de la Route de Lorient.Avant ou après le match de ce vendredi soir, il est assez peu probable que Sylvain Ripoll trouve du temps pour aller faire un tour au marché des Lices, se promener au Thabor, flâner rue Le Bastard ou boire une mousse place du Parlement. Ce n'est pas qu'il n'en a pas envie, mais disons qu'il a déjà assez de soucis comme ça ces dernières semaines à marquer à la culotte son équipe pour s'offrir du temps libre. Et puis, d'ailleurs, il l'assure, le Rennes où il est né en 1971 et où il s'est épanoui jusqu'au début des années 90 ne ressemble plus à celui d'aujourd'hui. On ignore s'il était un habitué du mythique et regretté magasin Rennes Musique, comme son ex-coéquipier Jocelyn Gourvennec, son cadet d'un an, mais il est vrai que le chef-lieu d'Ille-et-Vilaine a pas mal changé ces deux dernières décennies. Un peu moins rock'n'roll, et dans le même temps son club de foot a profité du rachat par la famille Pinault pour gagner en standing et se stabiliser en élite, alors que l'habitude était auparavant de rester dans l'ascenseur et d'appuyer frénétiquement sur les boutons. "Je n'ai plus du tout de repères, reconnaissait Ripoll cette semaine en conf' de presse. La configuration du stade a explosé, c'est un club qui a pris une autre dimension." Il a clairement souhaité évacuer la charge symbolique et émotionnelle de ce match pour lui, le Rennais devenu Merlu, ce fameux derby contre Lorient au stade de la route de Lorient. N'empêche que c'est quand même un enfant de la maison qui revient rendre visite à la famille rouge et noir. Et nul doute que l'évocation de son nom par le speaker du stade – qui n'est plus Jacky Sourget – s'accompagnera de chaleureux applaudissements. Ripoll va pouvoir retrouver quelques têtes connues, parmi lesquelles René Ruello, revenu cet été à la présidence, Patrick Rampillon, le directeur du centre de formation, ou encore Laurent Huard, son quasi-jumeau de naissance, issu de la même promo et aujourd'hui entraîneur de la B rennaise. Qu'il le veuille ou non, c'est bel et bien un "Ripollico" qui est à l'affiche ce soir.
Le Denoueix lorientais ?
Mais pour le principal intéressé, l'heure n'est certainement pas à la fête ni au jubilé et aux flonflons. Car celui qui est arrivé dans le Morbihan en 1995 pour ne plus jamais en repartir connaît aujourd'hui la pression de l'homme exposé, après des années à vivre peinard à l'ombre. L'ancien joueur devenu...

Avant ou après le match de ce vendredi soir, il est assez peu probable que Sylvain Ripoll trouve du temps pour aller faire un tour au marché des Lices, se promener au Thabor, flâner rue Le Bastard ou boire une mousse place du Parlement. Ce n'est pas qu'il n'en a pas envie, mais disons qu'il a déjà assez de soucis comme ça ces dernières semaines à marquer à la culotte son équipe pour s'offrir du temps libre. Et puis, d'ailleurs, il l'assure, le Rennes où il est né en 1971 et où il s'est épanoui jusqu'au début des années 90 ne ressemble plus à celui d'aujourd'hui. On ignore s'il était un habitué du mythique et regretté magasin Rennes Musique, comme son ex-coéquipier Jocelyn Gourvennec, son cadet d'un an, mais il est vrai que le chef-lieu d'Ille-et-Vilaine a pas mal changé ces deux dernières décennies. Un peu moins rock'n'roll, et dans le même temps son club de foot a profité du rachat par la famille Pinault pour gagner en standing et se stabiliser en élite, alors que l'habitude était auparavant de rester dans l'ascenseur et d'appuyer frénétiquement sur les boutons. "Je n'ai plus du tout de repères, reconnaissait Ripoll cette semaine en conf' de presse. La configuration du stade a explosé, c'est un club qui a pris une autre dimension." Il a clairement souhaité évacuer la charge symbolique et émotionnelle de ce match pour lui, le Rennais devenu Merlu, ce fameux derby contre Lorient au stade de la route de Lorient. N'empêche que c'est quand même un enfant de la maison qui revient rendre visite à la famille rouge et noir. Et nul doute que l'évocation de son nom par le speaker du stade – qui n'est plus Jacky Sourget – s'accompagnera de chaleureux applaudissements. Ripoll va pouvoir retrouver quelques têtes connues, parmi lesquelles René Ruello, revenu cet été à la présidence, Patrick Rampillon, le directeur du centre de formation, ou encore Laurent Huard, son quasi-jumeau de naissance, issu de la même promo et aujourd'hui entraîneur de la B rennaise. Qu'il le veuille ou non, c'est bel et bien un "Ripollico" qui est à l'affiche ce soir.
Le Denoueix lorientais ?
Mais pour le principal intéressé, l'heure n'est certainement pas à la fête ni au jubilé et aux flonflons. Car celui qui est arrivé dans le Morbihan en 1995 pour ne plus jamais en repartir connaît aujourd'hui la pression de l'homme exposé, après des années à vivre peinard à l'ombre. L'ancien joueur devenu...

...

Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant