Rio Tinto maintient ses prévisions de production malgré la Chine

le
0
RIO TINTO MAINTIENT SA PRÉVISION DE PRODUCTION EN 2012
RIO TINTO MAINTIENT SA PRÉVISION DE PRODUCTION EN 2012

SYDNEY (Reuters) - Rio Tinto, deuxième groupe minier mondial, a annoncé mardi qu'il maintenait sa prévision 2012 de production de minerai de fer, ses ventes restant solides malgré l'instabilité du marché liée aux incertitudes conjoncturelles chinoises.

"Les marchés restent instables, mais notre activité résiste bien et nos ventes sont solides", a déclaré son directeur général, Tom Albanese, dans le rapport trimestriel d'activité du groupe.

La production de minerai de fer de Rio Tinto a augmenté en rythme annuel de 5,6% à 52,6 millions de tonnes sur le trimestre clos en septembre. Le groupe a maintenu sa prévision de production 2012 à 250 millions de tonnes.

Les prix du minerai de fer sont descendus sous les 87 dollars la tonne en septembre en raison d'un tassement de la demande chinoise qui a fait craindre une offre excédentaire sur le marché à certains producteurs. Mais les prix se sont depuis redressés autour de 113 dollars la tonne.

Les analystes attribuent la reprise au réapprovisionnement en minerai de fer des aciéries chinoises, ce qui soulève toutefois des doutes sur la pérennité de ce niveau élevé des prix une fois achevé le processus de reconstitution des stocks.

Rio Tinto tire environ 80% de ses revenus du minerai de fer, dont la majeure partie est vendue en Chine, et s'est engagé à investir 3,7 milliards de dollars pour accroître de 25% sa capacité de production en Australie.

Son concurrent Fortescue Metals Group a annoncé mardi qu'il envisageait d'augmenter sa production sur l'année fiscale en cours.

Le numéro quatre mondial du secteur anticipe une reprise des cours, à environ 120 dollars la tonne, dans le contexte d'une transition politique prévue en novembre en Chine, d'une hausse de la demande chinoise en acier et de la reconstitution des stocks.

Cette transition a ajouté de l'incertitude sur le marché, le secteur sidérurgique guettant tout signe annonçant l'éventuel lancement par Pékin d'un nouveau plan de relance sur fond de dégradation des performances économiques.

James Regan, Mathilde Gardin pour le service français, édité par Benoît Van Overstraeten

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant