Rio s'efforce de ranimer la flamme

le
0
Rio s'efforce de ranimer la flamme
Rio s'efforce de ranimer la flamme

Sur la célèbre plage de Copacabana (Rio de Janeiro), les ouvriers s'affairent à finir de démonter l'imposante arène olympique de beach-volley. A quelques encablures de là, la longue file de badauds venus se prendre en photo devant les anneaux olympiques n'est plus qu'un lointain souvenir. L'oeuvre a déjà été retirée et, désormais, c'est une autre sculpture qui se dresse sur le sable : celle de « l'Agitos », symbole des Jeux paralympiques qui s'ouvrent ce soir et qui s'achèveront le 18 septembre.

 

A l'image de l'oeuvre, la compétition ne suscite pas le même engouement que les Jeux olympiques. Une semaine après les JO, les organisateurs n'avaient délivré que quelque 500 000 billets pour les paralympiques, sur les 2,5 millions d'entrées disponibles. « Heureusement, en quelques jours, nous avons réussi à vendre plus d'un million de places supplémentaires. Mais nous voulons atteindre notre objectif de 2 millions de billets vendus », souligne Alejandro Lifschitz, du comité Rio 2016.

 

Grâce au faible prix des tickets — certains sont vendus à moins de 3 € et la majorité coûte moins de 10 € —, plusieurs épreuves devraient se jouer à guichets fermés et le comité organisateur, qui continue à vendre 50 000 billets par jour, espère bien boucler un budget très serré.

 

Une cité à bout de souffle

 

Les travaux de dernière minute des JO ont en effet conduit le comité Rio 2016 à se servir dans les caisses des Paralympiques. « Mais nous avons trouvé de nouveaux sponsors, qui ont injecté plus de 27 M€ », précise Alejandro Lifschitz. La ville et le gouvernement fédéral ont quant à eux débloqué des fonds, à hauteur de 69 M€, un quart du coût total de l'événement. Mais le manque d'argent, s'il ne menace plus l'organisation de la compétition, a tout de même entraîné des coupes dans l'organisation des cérémonies d'ouverture et de clôture et dans celle des transports entre ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant